Les quais de la Seine entre deux ponts, juin 2018

En ce premier jour du mois d’Avril 2019, la belle saison revenant, et pour voir de nouveau le monde en couleurs, à travers cette nouvelle publication, je vous emmène à Paris, sur les quais de la Seine, entre le Pont Neuf et le Pont des Arts en vous relatant cette journée de juin 2018 organisée par Delphine Priollaud-Stocklet (blog carnet de voyage ici et l’atelier de la Salamandre, ).

Je commence par les deux pavillons séparés par la courte rue Henri Robert, à l’extrémité Ouest de l’Île de la Cité.

Puis je m’attarde un instant sur la Place Dauphine avant de descendre sur les quais.

J’entre maintenant dans le vif du sujet.  Delphine nous a emmené sur l’extrémité Ouest de l’Ile de la Cité, qui nous permet de croquer quelques vues du Pont-Neuf, le plus ancien pont de Paris,commencé à la fin du 17ème Siècle et terminé au siècle suivant. Outre le matériau choisi, la pierre, en remplacement du bois sujet aux incendies, sa conception est totalement innovante. Terminé les habitations sur l’ouvrage et ajout de trottoirs protégeant les piétons des chevaux et véhicules hippomobiles.

Depuis une des arches du pont, on peut apercevoir le pont des Arts, et une partie du Louvre.

L’ouvrage se situe sur l’axe du Méridien de Paris (ou Méridienne Verte). Il relie le plus célèbre musée de la capitale à l’Académie Française, qui se singularise par sa coupole.

Le pont actuel date de 1984 après 3 ans de travaux, d’après les plans de louis Arretche. Il est composé de 7 arches (aux lieu des 8 sur l’ouvrage précédent) et s’alignent ainsi sur ceux du Pont-Neuf. L’aspect actuel a repris celui de l’ancien pont.

Avant de dessiner et aquareller le pont, et pour bien en maîtriser le cadrage, un petit travail sur des « vignettes » (plus ou moins grandes, s’avère nécessaire…

… avant de réaliser quelque-chose sur un format plus important (ici, dessin encre diluable en sépia).

Je ne m’interdit pas de revenir non plus sur un cadrage resserré en monochrome.

Je choisis également de me focaliser sur les embarcations aux pieds et entre les deux ponts, toujours en commençant par des « vignettes »…

Puis de poursuivre, là encore, sur un formats plus grand …


… avant d’envisager un mode panoramique et en ne traitant qu’une partie du sujet en couleur.

Voici maintenant l’avant dernier sujet de la journée, une vue sur l’île-de-la-Cité, en aquarelle.

Et comme les températures de la journée ont été élevées, malgré les stations à l’ombre,  je décide de terminer ma journée par un rafraîchissement sur une terrasse de la Place Saint-Michel.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas globe croqueur.

Une journée automnale au Jardin du Luxembourg, 2018

A travers cette publication, j’ai choisi de vous présenter mes aquarelles et dessins réalisés pendant une après-midi parisienne en automne au Jardin du Luxembourg.

Ce jardin de 23 hectares, dont 21 ouverts au public a vu le jour en 1612, à l’initiative de Marie de Médicis et remodelé sous le Premier Empire dans le cadre d’une restauration dirigée par l’architecte Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739-1811).

Le Palais, commencé en 1615 et achevé vers 1631 fut tour à tour une résidence princière, une prison, avant d’abriter le Sénat depuis 1800. Une aile abrite aussi un musée.

Le centre du jardin est caractérisé par ce bassin qui reflète le Palais, qui ressemble beaucoup, d’ailleurs à un bâtiment situé à Florence, en Italie.

En s’éloignant du bâtiment principal, on découvre l’esprit des jardins parisiens du XIXe siècle, comme ce pavillon ci-dessous (avec en arrière plan un symbole architectural de la deuxième moitié du XXe siècle, la Tour Montparnasse)

Et c’est par cette statuaire que je termine ce récit.

C’est tout, pour le moment.
Nicolas globe croqueur.

Mon article d’introduction à la communauté des Urban Sketchers France

Bienvenue sur cette publication de présentation sur les USK France.

Le lien de l’article sur le blog des Urban Sketchers France, c’est par-ici.

Une matinée aquarelle sur la Place st Sulpice, à Paris en octobre 2011

Par cette belle matinée du dimanche 3 octobre 2011, ou l’été joue exceptionnellement les prolongations, nous nous sommes réunis, un groupe d’aquarellistes et moi même pour peindre sur la Place St Sulpice, l’église du même nom en particulier, dans le cadre d’une sortie animée par Antonina Alupi, fille du peintre impressionniste roumain Calin Alupi, diplômée des Beaux-arts de Paris.

By this beautiful morning of sunday, the 3rd of october 2011, where summer plays exceptionally the extra time, we decided , a group of watercolorists and myself, to paint on the « place St Sulpice », the church of the same name, through an outing by Antonina Alupi, daughter of the Romanian impressionist painter Calin Alupi, graduated from the « Beaux-Arts » of Paris.

Por esta bella mañana del domingo, 3 de octubre de 2011, o el verano juega excepcionalmente las prolongaciones, nos reunimos, un grupo de acuarelistas y yo, hasta para pintar sobre Plaza Santo Sulpicio, la iglesia del mismo nombre en particular, en el marco de una salida animada por Antonina Alupi, hija del pintor impresionista rumano Calin Alupi, diplomada de las Bellas Artes de París.

Por esta bela manhã de domingo, em 3 de outubro de 2011, em que o verão se prolonga excepcionalmente, nós nos encontramos em um grupo de pintores aquarelistas a fim de pintar na Praça São Sulpício a igreja de mesmo nome, em particular, como parte de uma visita dirigida por Antonina Alupi , filha do pintor impressionista romeno Calin Alupi, graduado na escola de Belas Artes de Paris.

Ci dessous, mes études sur cet édifice dédié à Sulpice le Pieux, évêque de Bourges au VIIe siècle, bâti en 1655 en remplacement d’un église plus petite ne pouvant plus accueillir la population de plus en plus nombreuse des quartiers environnants, en pleine expansion.

.

Je me suis placé dans plusieurs endroits afin de vous présenter les dessins et aquarelles ci dessous. Tout d’abord, j’ai choisi le monochrome.

Below, here are my studies on this building dedicated to « Sulpice le Pieux », Bishop of French town of Bourges, in the seventh century, built in 1655 to replace a smaller church which could not longer accomodate the increasing population of the neighbourhood’s surrounding, still in expansion.

.

I placed myself in several locations in order to present to you the drawings and watercoulours below. First of all, I chose to paint in monochrome.

Aquí abajo, mis estudios sobre este edificio dedicado a Sulpicio le Piadoso, Obispo de la Ciudad francesa de Bourges en el VIIe siglo, edificado en 1655 en sustitución de iglesia más pequeña que no puede más acoger a la población cada vez más numerosa de los barrios cercanos, en expansión plena.

.

Me coloqué en varios lugares con el fin de presentarle los dibujos y de acuarelas aquí abajo. En primer lugar, escogí el monocromo.

A seguir, encontram-se meus estudos sobre esta edificação dedicada a São Sulpício, bispo de Bourges durante o século VII, construída em 1655 para substituir uma igreja menor que já não podia acomodar a população, cada vez maior, dos bairros vizinhos em plena expansão.

.

 Passei por vários locais a fim de apresentar os desenhos e aquarelas abaixo, tendo optado prioritariamente pela pintura monocromática.

Premiers travaux terminés, je me suis ensuite décidé à introduire la couleur, en privilégiant la fontaine et ses sculptures en tête de lions, d’une part, l’église aux proportions imposantes mais s’harmonisant très bien avec les dimensions de la place, d’autre part.
The first works completed, I then decided to introduce colour , emphasizing on the fountain and its sculptures of lions’ head, on one hand, the church with its imposing proportions but harmonising very much with the dimensions of the place, on the other hand.

Acabados primeros trabajos, luego me decidí a introducir el color, privilegiando la fuente y sus esculturas a la cabeza de leones, de una parte, la iglesia a las proporciones imponentes pero que se armonizaban muy bien con dimensión de la plaza, por otra parte.

Após ter terminado os primeiros trabalhos, tomei a decisão de acrescentar cor, enfatizando a fonte d’água e suas esculturas de cabeças de leão de um lado, a igreja de proporções imponentes, porém em harmonia com as dimensões da praça, de outro lado.

Soucieux de perfectionner ce que j’avais entrepris en cette journée d’octobre 2011, je suis retourné sur place en juin 2012 pour peindre trois nouvelles aquarelles.

Having in mind to improve what I have undertaken in this day of october 2011, I returned there in June 2012, to paint three new watercolours.

Cuidadoso de perfeccionar lo que había emprendido este día de octubre de 2011, regresé en el mismo lugar en junio de 2012 para pintar tres nuevas acuarelas.

Ansioso para aperfeiçoar o que havia criado naquele dia em outubro de 2011, retornei ao mesmo local em junho de 2012, a fim de pintar três novas aquarelas.

Après avoir déjeuné dans le quartier, nous nous somme dirigés vers le jardin du Luxembourg par la rue Férou, qui offre également une vue intéressante sur l’église St Sulpice. C’est par ce dernier dessin réalisé à la plume et à l’encre diluée que je termine cet article.

After having lunch in the neighbourhood, we directed ourselves towards the Luxembourg garden by the Ferou street, which also offers an interesting view on the St Sulpice’s church. It is by this last drawing done in pen and diluted ink, I finish this article .

Después de haber desayunado en el barrio, nos intima a nosotros dirigidos hacia el jardín del Luxemburgo por la calle Férou, que también ofrece una vista interesante sobre la iglesia Santo Sulpicio. Es por el último dibujo realizado a la pluma y a la tinta diluida que acabo este artículo.

Após ter almoçado no mesmo bairro, tomamos a direção para o jardim de Luxemburgo pela rua Féron, de onde também é possível ter uma vista interessante para a igreja de São Sulpício. É através deste último desenho, feito à caneta-tinteiro, que termino esse artigo.

 

C’est tout, … pour le moment !!!
Nicolas.

That’s all … for the moment!
Nicholas (translation Mike Andony).

¡ Es todo, … por el momento!
Nicolàs (traduccion Nicolàs Dürr) .

Isso é tudo, para o momento!
 Nicolas Dürr (traduzido por Adriano Baroni).