Un samedi ensoleillé à Etretat (avril 2018)

Par ce samedi 21 avril 2018 ensoleillé, je suis parti retrouver Christian Colin , aquarelliste normand qui organisait une sortie sur Etretat.

Premier lieu de rendez-vous, la plage, ou j’ai retrouvé le groupe.

Nous avons commencé par dessiner et peindre la fameuse « porte aval » avec son arche et ses falaises.

L’arrivée des touristes nombreux à s’être déplacés en ce samedi de « printemps estival » avec des températures exceptionnelles, nous a incité à dessiner et peindre des personnages, en s’efforçant de saisir l’instant.

Je me suis aussi penché sur un voilier et des kayakistes, de sortie ce jour …

… sans oublier de traiter aussi la falaise amont, sur laquelle est perchée, à 84 m d’altitude, depuis 1856, Notre-Dame-de-la-Garde, dédiée aux pêcheurs (édifice détruit en 1942 et reconstruite en 1950).

Nous avons ensuite grimpé sur la falaise amont, pour traiter l’église et le panoramique.

Et c’est sur cette aquarelle des toitures d’Etretat que je termine ce récit.

Je vous invite à lire ou relire le récit de ma journée passée un samedi en juin 2016 dans cette charmante cité balnéaire.

C’est tout, pour le moment!!!

Nicolas globe croqueur.

Retrouvez ma publication sur le blog des Urban sketchers France, ici.

Sortie automnale sur Bagnoles de l’Orne, novembre 2016

Dans le cadre de sorties du samedi organisées par l’aquarelliste Christian Colin, rendez vous était donc pris début novembre 2016 sur Bagnoles de l’Orne, l’unique cité thermale de l’Ouest de la France.

Nous nous sommes rendus dans deux endroits. Le premier, incontournable lac avec ses bordures arborées et ses architectures « Belle Époque » et « Art Déco », comme le casino, les demeures particulières ou les hôtels ou anciens hôtels comme celui-ci dessous que nous avons peint le matin.

Tout d’abord, une représentation en aquarelle …

… avant une prise de photos, ainsi que de l’endroit prévu pour l’après-midi, et que j’évoquerai plus loin.

Ci-dessous, à droite, une représentation graphique en rendu sépia de la terrasse qu s’avance sur le lac, tel la poupe d’un navire, de cet ancien hôtel, devenu résidence.

Voici cette même terrasse en aquarelle sur papier cartonné.

Après nous être sustentés, nous sommes rendus l’après-midi à l’Hôtel de Ville, édifice néo-renaissance du XIXe siècle, bâti grâce à la fortune des frères Goupil (appelée aussi Château Goupil), entouré d’un agréable parc, sujet incontournable pour peindre des aquarelles en automne. C’est cette vue ci-dessous que j’achève mon récit.

C’est tout, pour le moment!

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien.

Une agréable journée de fin d’été en aquarelles à St Valery en Caux en septembre 2015

Par une belle journée ensoleillée du dernier samedi de l’été 2015, sur l’initiative d’une journée organisée par l’aquarelliste normand Christian Colin que je rencontrais pour la première fois, et entouré de près d’une dizaine de « condisciples », sans doute tout aussi désireuses, comme moi, de continuer à prendre un « bol d’air » suite aux congés d’été, je vous présente mes travaux du jour.

Pour commencer, et avant l’arrivée de Christian et du groupe, voici une aquarelle de l’accès maritime sur la ville, avec, a gauche, l’Hôtel de Ville, au fond, l’écluse qui protège le port de plaisance des marées et à droite, sans doute un des plus vieux bâtiments de la ville, constitué de colombages, la maison dite « Henri IV », construite en 1540 par l’armateur Guillaume Ladiré. Le Roi, dit-on, y aurait été hébergé.

samedi 19 septembre 2015

Ci dessous à gauche, toujours la dite  » maison Henri IV » entourée d’élégantes bâtisses plus récentes en briques et en pierres blondes.

samedi 19 septembre 2015

C’est sur ce bâtiment exceptionnel  non seulement inspiré de la Renaissance Italienne (personnages sculptés, décors de végétaux et animaux), mais aussi par les voyages des normands vers des contrées plus lointaines comme l’Amérique du Sud, que nous avons consacré la matinée. En voici 3 représentations

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

L’après midi aura été consacrée à la promenade du bord de mer, au phare et aux falaises en particulier.

Ci dessous, 2 rendus en lavis de celles-ci, côté Ouest, direction Fécamp avec le phare et côté Est en direction de Dieppe. Je n’ai pu m’empêcher de peindre une nouvelle vue de l’entrée sur la ville.

samedi 19 septembre 2015

Pour terminer, 3 aquarelles sur la jetée et le phare, d’une part, et les falaises, d’autre part. De nombreux promeneurs sur les lieux en ce dernier week-end estival de l’année ainsi que quelques baigneurs courageux.

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

En guise de « bonus, une photo du groupe (avec votre serviteur à gauche), et une photo du Maître.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien, et pour en savoir plus sur les récits de ses sorties à la journée, dont celle-ci et bien plus encore, je vous invite à vous inscrire à ses newsletters.

Une journée ensoleillée à Veules-les-roses, juin 2017

Je vous fais partager, par cette nouvelle publication, une magnifique journée ensoleillée. Le rendez-vous était pris pour ma 3ème rencontre normande organisée par Christian Colin, après Saint-Valéry-en-Caux et Etretat, cette fois-ci à Veules-les-Roses, située sur la Côte d’Albâtre, en Seine Maritime. La Veules, le plus petit fleuve de France, long de 1 km 15 a donné son nom à la commune.

Notre premier arrêt s’est situé à l’embouchure de la Veule, espace idéalement aménagé et lieu de promenade, tout naturellement choisi par Christian Colin pour entamer notre journée.

Samedi 17 mai 2017

Avant d’ajouter l’aquarelle, je « prépare le terrain » si j’ose dire par le dessin au trait, à l’encre sépia, comme vous pouvez le découvrir ci-dessous.

Samedi 17 mai 2017

Voici le premier rendu de la journée, l’embouchure du fleuve (de la taille d’une rivière) sur la Manche et de la promenade aménagée le long de la plage.

Samedi 17 mai 2017

Ces journées artistiques ne se résument pas seulement à dessiner et peindre des sujets statiques, mais consistent aussi à dessiner « sur le vif », et de préférence un sujet continuellement en mouvement comme Louna, la chienne de Christian et Fabienne. Le chien peut être un sujet récurrent pour ce genre d’exercice comme ce fut le cas pour mon séjour en Provence avec Alain marc en 2016 et particulièrement dans les Alpilles.

Samedi 17 juin 2017

La pause pique-nique aura été l’occasion d’un nouveau sujet pour moi. Ici un travail à l’encre sépia diluable et relevé en aquarelle entouré de bâtiment tracés au stylo bille.

Samedi 17 juin 2017

Remonter le fleuve en amont m’a permis de découvrir les magnifiques propriétés qui apportent un cachet certain au village.

Samedi 17 juin 2017

Samedi 17 juin 2017

Samedi 17 juin 2017

Deuxième arrêt à proximité d’un moulin sur la Veules …

Samedi 17 juin 2017

Samedi 17 juin 2017

… puis un troisième arrêt sur un pont et Christian (de dos au tee-shirt rouge) nous a fait la démonstration de ce qu’il appelle une « aquarelle minute », en fait réaliser rapidement un rendu, à priori sans dessiner auparavant, Pour ma part, et vu la qualité de mon papier, pas spécialement adapté à l’aquarelle, j’ai préféré tracer d’abord ce que je voyais au stylo bille avant d’ajouter la couleur.

Samedi 17 juin 2017

Samedi 17 juin 2017

Sur les collines de Veules les Roses se dressent aussi de magnifiques demeures dans un environnement arboré, agrémentées de la fleur qui a donné le nom au village, dans toute sa splendeur en cette saison.

Samedi 17 juin 2017

Et c’est sur cette aquarelle d’une roue à aubes d’un des autres moulins sur le fleuve, peinte au quatrième et dernier arrêt, complétée par une photos prise en hauteur du village que j’achève le récit de cette très agréable journée pratiquement estivale.

Samedi 17 juin 2017

Samedi 17 juin 2017

C’est tout, pour le moment.

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien.

Une agréable journée de début d’été en aquarelles à Etretat en juin 2016

Par une belle journée ensoleillée du dernier samedi de juin 2016, sur l’initiative d’une journée organisée par l’aquarelliste normand Christian Colin,  entouré de trois fidèles « condisciples », de son épouse et de sa jeune chienne, nous nous sommes retrouvés dans cette magnifique station balnéaire d’Etretat.

Les thèmes du jour, quelques architectures et les fameuses falaises.

Ci-dessous, à gauche, le Manoir de la Salamandre et à droite,  » Le Clos Lupin, Maison de Maurice Leblanc « , ouvert au public en 1999, et propriété de la petite-fille de l’écrivain qui a acheté cette demeure normande en 1918. A l’intérieur, on retrouve toute une ambiance autour de son plus célèbre héro, Arsène Lupin, gentleman cambrioleur.

samedi 26 juin 2016

Le Manoir de la Salamandre, bâtiment situé à l’origine à Lisieux et « transféré » à Etretat au XIXe siècle, abrite un hôtel et un restaurant. Sa dénomination se réfère d’ailleurs à un autre lieu situé sur la commune. Un individu fortuné a fait démonter l’ensemble pierre par pierre et poutre par poutre pour l’ « emporter » à Etretat, citée balnéaire très prisée non seulement par les parisiens (4h de trajet en train à l’origine pour venir ici depuis la capitale), mais aussi des anglais, des peintres et des écrivains venus trouver ici leur inspiration.

Cet ensemble architectural harmonieux qui nous laisse penser qu’il a toujours été là, fait pratiquement face à une sympathique petite place arborée et au marché couvert, construit en 1926 dans le même esprit et surmonté d’un élégant petit clocher.

samedi 26 juin 2016

samedi 26 juin 2016

Notre séance sur la place du marché couvert nous a donné l’occasion de traiter un sujet inattendu, dans la mesure où un orchestre s’est installé pour se produire et jouer quelques morceaux célèbres en version instrumentale comme « Isn’t she love !? », par exemple.

samedi 26 juin 2016

Direction maintenant le bord de mer avec ses célèbres falaises, maintes fois immortalisées par de grands peintres. Delacroix, Courbet, Boudin, Monet, Matisse, Dufy, pour ne citer qu’eux, sont venus ici. Même Victor Hugo s’y est essayé au dessin.

samedi 26 juin 2016

La promenade du bord de mer nous offre des vues exceptionnelles sur les deux falaises. Sur l’une d’elles se dresse, à 84 m d’altitude, Notre-Dame-de-La-Garde, depuis 1856 dédiée aux pécheurs. Avant de devenir un lieux dédié à l’agrément  pour individus fortunés, la pêche était le principale activité du village et elle perdure de nos jours. Sur la jetée cohabitent des embarcations dédiées à cette activité et celles destinées aux loisirs (écoles de voile etc…).

samedi 26 juin 2016

samedi 26 juin 2016

Après avoir pris congés de Christian Colin et de ses condisciples qui rentraient sur Caen, je me suis permis de monter sur la falaise de la chapelle pour peindre cette vue de fin d’après-midi.

C’est donc sur cette dernière aquarelle que je termine le récit de cette très agréable journée, dans un endroit fréquentés par des touristes de nombreuses nationalités, comme des japonaises qui sont venues converser avec nous, ou des anglais. Je dois reconnaître qu’entendre parler anglais avait une « consonance » toute particulière, dans la mesure ou les britanniques avaient choisi le « saut dans l’inconnu » par leur vote du week-end précédent. Qu’en sera t’il de leur avenir !!!??? L’Histoire nous le dira.

samedi 26 juin 2016

C’est tout, pour le moment.

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien, et pour en savoir plus sur les récits de ses sorties à la journée, dont celle-ci et bien plus encore, je vous invite à vous inscrire à ses newsletters.

Une excellente maison d’hôtes à Etretat, équipée d’une pièce pouvant faire office d’atelier (en données 2016) : « Les Tilleuls 1738 ».
Un restaurant que j’ai apprécié avec une patronne accueillante (en données 2016) : « Le Bicorne ».