Le Canal du Midi (1/16/30), de Carcassonne à la jonction (2012) (7/7) : du Somail à l'embranchement

Canal du Midi (2012-2018) : du Somail à l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine.

Voici  le 16ème article sur le récit de ma promenade à vélo sur 7 jours le long des 240 km du Canal du Midi couvrant le trajet entre le Somail, après de ma pause déjeuner du 5ème jour, et l’écluse de Cesse, ou commence ce canal qui mène les navigants à Narbonne et à la Méditerranée.

J’énumère les ouvrages sur ce parcours : le Port, le Pont Vieux au Somail et la Cale de Touret, 17ème siècle, le remarquable épanchoir des Patiasses, 1694, l’Aqueduc de Cesse, 1690, le Pont de Truilhas et le pont ferroviaire, 19ème siècle.

Par cette fin de matinée du 5ème  jour de ma randonnée à vélo, je décide de m’arrêter sur une terrasse ombragée près du Pont Vieux au Somail, avec une vue sur la chapelle et la petite tour ronde qui faisait office de glacière.

Je remarque aussi la péniche épicerie (photo ci dessous à droite et en bas, sur la vue panoramique), commerce, pour le moins atypique, propose des produits variés comme, par exemple, le Carthagène du Languedoc, un vin rosé fabriqué dans la région, au goût sucré qui se déguste en apéritif, ou divers vêtements d’été comme des tee shirts à l’effigie du Canal, sans oublier le dépannage du pain ou de viennoiseries quand les boulangeries sont fermées.

vendredi 17 août 2012 et mercredi 8 mai 2013

Je prend soin de traverser le pont de manière à découvrir le Canal, direction Carcassonne avec la péniche épicerie à droite, et le Canal, direction Béziers, avec un service d’excursion qui mène les touristes jusqu’au Canal de Jonction de La Robine et l’écluse de Cesse.

Ci dessous, photo du bas, à gauche, un gîte qui hébergeait et proposait le souper autrefois aux voyageurs de la 3ème couchée de la barque de poste en provenance de Toulouse, au centre, le pont (1683) délimitant les communes de Ginestas et Saint-Nazaire d’Aude, à droite, la chapelle (1693, agrandie au 19ème siècle), toujours en activité en 2012.

vendredi 10 mai 2013

Ayant eu pour objectif de revenir sur ce hameau par 2 fois, 1 an après, j’aurai l’occasion de photographier deux emblèmes flottants en escale :  la péniche « Béatrice », sur la photo ci dessous en haut à gauche, itinérante parfois mais souvent stationnée à Port-Cassafières dans l’Hérault (entre Béziers et Agde), et la péniche de luxe « Alégria », itinérante entre Carcassonne et Béziers, offrant des prestations haut de gamme.

vendredi 17 août 2012, vendredi 10 mai 2013 et et mercredi 27 août 2013

Mes 2 heures de pause déjeuner m’auront donné l’occasion de me « plonger » dans l’ambiance du lieu et de m’attarder sur des canards et cygnes, très présents sur les 240 km du Canal du Midi, et en particulier aux endroits ou les passants leur offrent de la mie de pain. Le meilleur compagnon de l’homme, qui visiblement n’a pas peur de l’eau, décide de se joindre à eux le temps de se rafraichir.

vendredi 17 août 2012

vendredi 17 août 2012

Ci dessous, une vue du hameau sur la face nord avec, à gauche, l’auberge évoquée plus haut, le pont, la chapelle et le château d’eau, ainsi qu’un établissement de chambres d’hôtes tenu par un sympathique couple de belges flamands et dans lequel j’ai eu et ai l’occasion de séjourner.

Le hameau du Somail, à la vocation de devenir une commune à part entière, enjambe 3 communes (qui font partie de l’agglomération du Grand Narbonne), dont 2 d’entre elles sont délimitées par le pont, Ginestas, au premier plan, et Saint-Nazaire d’Aude, en arrière plan.

vendredi 10 mai 2013 et mercredi 27 août 2013

En quittant le Somail, vous êtes toujours en Minervois sur la rive gauche (photo ci dessous) …

vendredi 17 août 2012

… alors que, sur la rive droite, le gîte « Le Bosquet du Somail » , bâtiment aux façades ocre, marque l’entrée du Canal sur Sallèles d’Aude et le Narbonnais.

mercredi 8 mai 2013

Je poursuis ma progression vers le Canal de Jonction de la Robine et approche de l’épanchoir des Patiasses et sa maison de garde. Ici aussi les ravages du chancre coloré se font sentir et, au moment ou vous lirez ces lignes, les arbres malades que vous voyez n’existent plus.

vendredi 17 août 2012

Tout ouvrage important sur le Canal du Midi est doté d’une maison de garde, surtout justifié du temps ou il fallait du personnel pour actionner les vannes. Avec l’automatisation, ces bâtiments sont devenus des habitations sans rapport direct avec les activités du cours d’eau et plus ou moins bien entretenus. Chaque habitant y ajoute « sa petite touche » pas nécessairement d’une esthétique la plus réussie, comme cet abris kitch en tôle ondulée sur lequel sont peintes des tuiles romaines en trompe l’œil (photo ci dessous en haut).

A ce propos, je vais de nouveau « pousser un coup de gueule » comme je l’ai fait déjà dans certains articles. J’habite une commune limitrove d’une ville prestigieuse dans un immeuble d’habitation soumis à des contraintes d’entretien (ravalement obligatoire, choix esthétiques bien précis, autrement dit, on ne peut pas faire n’importe quoi. Des aides financières sont parfois proposées pour cela ). Pour un cour d’eau tri centenaire, je suis en droit d’attendre que les 64 communes qu’il traverse soient plus exigeantes sur la qualité des matériaux choisi pour le bâti, quitte à aider financièrement les habitants désireux d’embellir leur environnement de manière à honorer le Canal du Midi . En ce qui concerne cette toiture, un simple ajout de VRAIES tuiles romaines (neuves et qui se patineront avec le temps, ou, mieux encore, des tuiles de récupération) serait suffisant.

samedi 11 mai 2013

L’épanchoir des Patiasses construit en 1694, permet l’évacuation du trop plein d’eau du Grand Bief et de la rigole d’alimentation de la Cesse, toute proche. Cela est possible si les vannes sont actionnées, de 1 à 6 selon la quantité à éjecter.

Une anecdote raconte qu’en une nuit de novembre 1715, sous un orage violent et une pluie battante, il avait été demandé à du personnel stationné à Mirrepeisset, village situé à environ 2 km (unité de mesure qui n’était pas encore usité à l’époque, je précise), de se rendre sur place pour actionner les vannes. Seulement, peu pressés de se mouiller au sens propre comme au sens figuré, et ne voulant pas écourter leur sommeil, ils attendirent le petit matin pour s’acquitter de la tâche. Seulement, entre temps, l’eau avait taillé une profonde brèche dans le Canal (sources : « Le Canal du Midi de long en large », de Philippe Valentin).

samedi 11 mai 2013

S’ensuit, tout de suite après, un bâtiment marquant la limite eu Minervois en rive gauche du Canal, et du Narbonnais, en rive droite. A noter l’arrivée de la prise d’eau de la Cesse, alimentation naturelle principale du Grand Bief, autrefois le tracé originel du Canal du Midi quand celui ci croisait la rivière par l’intermédiaire d’une chaussée.

samedi 11 mai 2013

Plus loin, j’approche du port la Robine, point de ravitaillement en carburant, situé sur un ancien bras du Canal avant que celui ci ne soit dévié sur l’aqueduc de la Cesse à l’initiative de Vauban.

vendredi 17 mai 2012

Ce pont-canal fut terminé en de 1690 (architecte Jean Goudet), long de 64 m sur 14 m  de hauteur, construit à l’initiative de Vauban pour remplacer la chaussée de Riquet sur la Cesse jugée insuffisante pour protéger le Canal du Midi, il permet de le rendre indépendant des caprices des cours d’eaux naturels que l’homme ne peut maîtriser.

A noter sur la photo du bas, les dommages causés par les crues sur la face nord du pont.

mercredi 8 mai 2013 et samedi 11 mai 2013

Me voici enfin sur l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine, qui me mènera à Narbonne, 5ème étape de mon trajet. Je m’arrête un moment pour prendre les photos qui s’imposent, avant d’être interpelé par une cycliste anglaise qui me demande son chemin. Je rencontre ensuite 2 personnes, qui ne sont autre que le comédien Jean-Michel Dhermay (« Le Charme discret de la bourgeoisie ») et la comédienne québécoise Marjolaine Lemieux (« 1981 »), qui, visiblement, habitent la région. Nous échangeons nos points de vues sur nos randonnées et je leur explique en détail l’organisation de mon trajet. Ils m’informent de leur côté sur le trajet qui me reste à faire jusqu’à Narbonne, me décrivent la belle architecture qu’est le bâtiment de l’épanchoir du Gailhousty, et me préviennent de la difficulté que je rencontrerai pour accéder au pont de chemin de fer qui traverse l’Aude pour rejoindre le Canal de la Robine.

vendredi 17 août 2012

C’est sur la vue ci dessous du rectiligne Canal de Jonction de la Robine à son commencement sur l’écluse de Cesse que s’achève ce récit. Je vous invite à découvrir 2 articles écrits par Jean-Pierre Lagache sur Mirrepeisset et la romancière Kathy Falguera, illustré par des photos de cette dame et quelques unes des miennes sur les liens suivants Mirrepeisset, 1ère partie et Mirrepeisset, 2ème partie.

samedi 11 mai 2013

C’est tout, … pour le moment !!!

Nicolas.

Retour sur la liste des  articles consacrés à ma randonnée à vélo

Retrouvez mes photos de toutes les écluses du Canal du Midi sur cette carte.

Mes photos de tous les biefs et toutes les écluses du canal, sur ce lien.

Les liens sur le comédien Jean-Michel Dhermay, ici et .

Hébergements au Somail (liste non exhaustive) :

Chambres d’hôtes « Le Neptune ».

Chambres d’hôtes « La Maison des escaliers« .

Chambres d’hôtes « Chez Pierrette« .

Le domaine du « Bosquet du Somail« .

Hébergements à Sallèles d’Aude (liste non exhaustive) :

Maison d’hôtes « Les Volets bleus », ici (version anglaise), ou là, (version bilingue), mon « coup de cœur ».

Autres liens :

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

Une de mes aquarelles du Somail.

Le Canal du Midi (1/15/30), de Carcassonne à la jonction (2012) (6/7) : de l'écluse d'Argens au Somail

Canal du Midi (2012-2018) : de l’écluse d’Argens au Somail.

Voici  le 15ème article sur le récit de ma promenade à vélo sur 7 jours le long des 240 km du Canal du Midi couvrant le trajet entre l’écluse d’Argens, là où commencent les 54 km du Grand Bief (le 55ème du canal), et le sympathique hameau du Somail, au moment de ma pause déjeuner.

Voici les ouvrages rencontrés sur le trajet : le pont de Roubia (17ème siècle), l’épanchoir et l’aqueduc de Roubia (1690), le Pont de Paraza (17ème siècle), la « pièce maitresse » du parcours, le pont-canal du Répudre (1680), l’aqueduc de Saint Paul (1690), le pont de Ventenac (17ème siècle), l’aqueduc de Ventenac, 1689), le très astucieux, et utile en cas de crues, épanchoir à siphon de Ventenac (1778), le pont de Saint Nazaire d’Aude (ou pont Saint Rome) (1838), l’aqueduc de Delfieu (1690), la Cale de Foncaude (1801), le Pont de Saint Marcel (1771) et le port du Somail (17ème siècle).

Au départ de l’écluse, il n’y a plus d’arbres, et j’ose espérer que cela sera provisoire, mais je retrouve rapidement un chemin de halage ombragé, direction Roubia …

 Vendredi 17 août 2012

… charmant village que je n’hésite pas à aller découvrir et qui s’annonce par ce magnifique pont et une demeure de maître en pierres de taille au bord de l’eau. J’y découvre aussi une « architecture » navale toute en bois pour le moins très originale et croise deux kayakistes qui, très certainement, et cela je le juge à leur équipement, ont choisi de remonter le Canal du Midi sur toute sa longueur, autrement dit, sont sans doute partis du phare des Onglous pour se rendre aux Pont-Jumeaux. Je les aurais très certainement questionnés si je les avais rencontrés à l’écluse. Une pensée me viens de nouveau pour l’un de mes amis, Eric, que j’ai déjà évoqué dans un article précédent, qui a navigué sur la Loire de Tours à Nantes par ce moyen de transport … en guise d’entrainement pour descendre une rivière en Alaska sur 500 km, d’une part, et de Timothée, un ado kayakiste qui raconte son trajet en 2012 sur son blog, d’autre part.

Vendredi 17 août 2012

Je suis retourné photographier ce pont de manière plus précise lors des nombreux séjours « post ballade à vélo » que j’effectue régulièrement depuis 2012. Je remarque des pêcheurs sexagénaires ou plus qui transmettent leur passion à leurs petits-fils, constatant que cette activité reste essentiellement masculine. Promis juré, si je rencontre une pêcheuse, je ne manquerai pas d’aller à sa rencontre et essayer de comprendre pourquoi elle reste encore réservé aux hommes.

Dimanche 4 mai 2014

Après une pause dans ce magnifique village aux architectures intéressantes (comme la mairie), voire remarquables (comme cette demeure somptueuse de pierres et de brique près du Canal), je me dirige vers Paraza.

 Dimanche 4 mai 2014

J’aperçois au loin le château de Paraza, 17ème siècle, dans lequel Riquet a séjourné pendant les travaux du canal, perché sur un promontoire et au pied de plusieurs terrasses arborées, qui, elle même, prolongent le haut bourg, qui offre une vue panoramique sur le massif des Pyrénées, et en particulier, sur le Mont Canigou. Un pont du 17ème siècle enjambe le Canal du Midi. Je croiserai deux jeunes filles qui, comme moi, feront même trajet et le prolongeront jusqu’à Sète. Une femme, que j’ai cru d’abord être leur mère ou leur tante, les abordera pour les accompagner un bout de chemin.

Peu avant l’arrivée sur le village, et jusqu’à la sortie à l’Est de celui-ci, le chemin de halage fait place à la route, certes peu fréquentée, mais petit désagrément, selon moi.

Vendredi 17 août 2012

Dimanche 4 mai 2014

Direction maintenant un des ouvrages les plus emblématiques d’autant plus qu’il a commencé par être unique sur le ruban d’eau, le pont-canal du Répudre, qui était une attraction locale dans la mesure ou personne n’avait vue encore des bateaux passer sur un pont.

Seul ouvrage de ce type du temps de Riquet, datant de 1680, avec une chaussée de part et d’autre en callades, conçu sur le modèle d’ouvrages situés sur les canaux italiens que l’ingénieur Andréossy avait étudié. Le chantier, long de 3 ans, a mobilisé près de 400 ouvriers, sous la direction d’Emmanuel de l’Estang. La longueur, dans le temps de la construction et l’investissement humain demandé a sans doute découragé Riquet d’entreprendre de semblables aqueducs aux croisement du Canal Royal de Languedoc et des autre rivières (pour une question de coûts aussi très certainement), préférant les chaussées malheureusement souvent endommagées par des crues. Vauban améliorera l’œuvre de Riquet en y ajoutant les autres aqueducs nécessaires pour rendre le plus indépendant possible le cours d’eau artificiel des caprices des rivières et autre fleuves. « Cerise sur le gâteau », une inscription fut accolée au pont dès 1837.

A proximité, un déversoir et le petit aqueduc de St Paul, datant de 1690 sans oublier une borne indiquant le niveau des crues du 18 septembre 1843 et du 12 septembre 1875.

La rivière délimite les communes de Paraza et de Ventenac-Minervois.

Vendredi 17 août 2012 et mercredi 27 août 2013

Il est à noter que le Canal peut se parcourir sur les deux rives entre Paraza et Ventenac Minervois bien que je déconseille la rive gauche aux vélo tractant des remorques (qu’il faudra détacher, surtout si ces dernières transportent des enfants en bas âge.

Méandres passés, arrivée majestueuse sur Ventenac-Minervois et son pont du 17ème siècle.

L’imposant bâtiment au style éclectique aux airs d’édifice religieux néo-moyenâgeux, La Cave du Château datant de la fin du 19ème siècle, fait face à la Halte de Plaisance « Alexandre Pech ». Il se caractérise par son activité vinicole : vente de bouteilles de vins rouges et rosés essentiellement de la production locale. Comme tout point de vente vinicole qui se respecte, l’achat de bouteilles s’accompagne de nombreuses dégustations.

Vendredi 17 août 2012

Ci dessous, quelques vues panoramiques de ce village perché, lui aussi sur un promontoire. Quelques belles propriétés aussi dans les rues de celui-ci.

Vendredi 17 août 2012 et jeudi 28 août 2013

Le pont fait aussi parfois office de plongeoir pour des ados qui n’hésitent pas à se jeter à l’eau, au sens propre comme au figuré, bien que la baignade soit interdite.

Vendredi 17 août 2012

Il est à noter que le Canal du Midi peut également se longer sur ses deux rives, à vélo et à pied,  à partir de Ventenac , et jusqu’au Somail. je découvre ainsi le pont Saint Rome, (ou pont de Saint Nazaire, ci dessous photo en haut à gauche et en bas), élégant ouvrage en pierre calcaire, datant de 1838,  faisant penser bien volontiers  à un ouvrage conçu un siècle plus tôt. J’y découvre malheureusement un tag (toujours présent lors de mes nouveaux passages en 2013 et 2014), qui ne lui apporte, selon moi, aucune plus value. Je partage ce qu’à écrit mon ami Jean-François sur ce blog à ce sujet et je vous inviterai à lire son article, par la transmission d’un lien, à la fin de cet article.

Sur la photo en haut à droite, la Cale de Foncaude surmontée d’un élégant ponceau, permet de recevoir les eaux qui s’étalent sur les terres environnantes et qui ne peuvent progresser, par ce que barrées par le Canal, qui les reçois donc.

Vendredi 17 août 2012 et jeudi 28 août 2013

Le pont de Saint Marcel, ou le Pont Neuf du Somail (photo du bas), date de 1771 et se caractérise par une succession de 3 matériaux : la pierre calcaire, le basalte et le grès. Tout comme le pont Saint Rome, et contrairement au Pont Vieux du hameau, de larges voutes donnent à l’ouvrage son aspect majestueux. Il marque d’ailleurs l’entrée occidentale du hameau.

Vendredi 17 août 2012

Je découvre pour la première fois ce magnifique hameau, à cheval sur 3 communes (Ginestas, Saint Nazaire d’Aude et Sallèles d’Aude), et 2 pays (le Minervois et le narbonnais), autrefois la 3ème dînée de la barque de poste en provenance de Toulouse.

Ci dessous en haut à gauche, le Pont Vieux, la chapelle et l’auberge à l’opposé, qui marque la limite entre les communes de Ginestas et St Nazaire d’Aude. En haut à droite, le bâtiment de l’office du Tourisme promis à une restauration certaine.

Enfin, sur la photo du bas, les « canards du midi » accompagnés de cygnes, très présents sur les 240 km du trajet.

Vendredi 17 août 2012

C’est par une pause déjeuner sur la terrasse du restaurant « Le comptoir nature » sur la rive droite au pied du pont, côté Carcassonne, que j’achève ce 15ème récit « En Minervois jusqu’au Somail ».

C’est tout, … pour le moment !!!

Nicolas.

Retour sur la liste des  articles consacrés à ma randonnée à vélo

Retrouvez mes photos de toutes les écluses du Canal du Midi sur cette carte.

Mes photos de tous les biefs et toutes les écluses du canal, sur ce lien.

Le récit de la descente de Timothée en kayak sur le Canal du Midi, c’est ici.

Le reportage télévisé sur la descente de la Loire en Kayak de mon ami Eric, c’est .

Hébergement sur le parcours (liste non exhaustive) :

Le château de Paraza.

Le château de Ventenac-Minervois.

La Cave du château de Ventenac-Minervois.

Le domaine de Creva Tinas, prononcez « crébo tinos », oenotourisme, gites et chambres d’hôtes.

Hébergements au Somail (liste non exhaustive) :

Chambres d’hôtes « Le Neptune ».

Chambres d’hôtes « La Maison des escaliers« .

Chambres d’hôtes « Chez Pierrette« .

Le domaine du « Bosquet du Somail« .

Nombreux restaurants au Somail, dont l' »ô à la bouche », L’auberge du Somail, et mon coup de cœur, « Le comptoir nature« .

Autres sites :

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

Une de mes aquarelles.

Le Canal du Midi, étape photographique nocturne au Somail, en automne 2016

Je vous propose de découvrir, à travers cet article, des photos nocturnes sur le Canal du Midi au Somail , prises pendant le long week-end de la Toussaint 2016. J’ai noté que le hameau reste l’un des endroits relativement animés sur les bords du cours d’eau ou passent encore quelques plaisanciers en cette fin d’arrière saison (restaurants ouverts notamment), alors que j’ai constaté que ce n’était plus le cas ni à La Redorte, ni à Capestang.

Tout d’abord une arrivée sur la hameau en amont (en venant de Carcassonne), d’ou ressortent deux symboles du hameau, le pont et la chapelle.

2016

Je me suis focalisé également sur les barques électriques amarrées et encore « de sortie » en cette période dite de « la belle saison »  qui s’achève. A noter également, les embarcations sur l’autre rives, comme la péniche épicerie. Preuve en est, contrairement à Homps et à la Redorte ou tous les bars, restaurants et locations de vélos sont fermés sur les bords du canal fin octobre, que les activités touristiques se prolongent au Somail au moins jusqu’à la Toussaint (en données 2016).

2016

Les candélabres font ressortir également le très beau bâtiment des chambres d’hôtes « La maison des escaliers ».

2016

Toujours sur le thème de l’architecture, un éclairage intéressant, au sens propre comme au figuré, sur le chevet de la chapelle, l’arche du pont et les contours du palmier…

2016

… idem pour l’ensemble du hameau, le canal et les reflets. A noter la péniche-épicerie au deuxième plan sur la deuxième photo ci dessous.

2016

2016

La façade Est du chevet de la chapelle sur le canal rappelle plus une habitation qu’un édifice religieux. En revanche, aucun doute sur les ouvertures de la façade Sud.

2016

Ci dessous, deux prises de vues du porche de la chapelle et une troisième des façades Nord et ouest en contre-plongée prise depuis une chambre du « Neptune ».

2016

2016

2016

Voici la façade Nord de l’édifice depuis la rive droite et la rive gauche du Canal du Midi.

2016

2016

Et c’est sur cette dernière prise de vue nocturne sur la rive gauche et en amont du hameau que je termine ce récit.

2016

C’est tout, pour le moment !

Nicolas

Retrouvez quelques unes de mes photos publiées sur mes articles sur ce blog et bien plus encore sur mon compte instagram, cybernicodeux75.

Randonnées graphiques printanières et estivales sur le Canal du Midi en 2015

A travers ce récit, vous allez pouvoir découvrir quelques dessins, aquarelles, lavis printaniers et estivaux sur le trajet allant du Somail  au Pont de Sérièges, au lieu dit « La Croisade », sans oublier l’épanchoir du Gailhousty.

Pour commencer, une vue sépia de l’ouvrage qui marque l’entrée sur le hameau côté Carcassonne.

Représenté en version aquarellée ci dessous, il est appelé le pont de Saint Marcel, ou le Pont Neuf du Somail et date de 1771, se distinguant par une succession de 3 matériaux : la pierre calcaire, le basalte et le grès. Tout comme le pont Saint Rome, et contrairement au Pont Vieux du hameau, de larges voûtes offrent à l’ouvrage son aspect majestueux.

Le pont que jouxte la chapelle délimite la commune de Ginestas et de St Nazaire d’Aude, toute deux situées dans le Minervois.

La chapelle fut terminée en 1693 (remaniée et agrandie au 19e siècle), 10 ans après le pont. Les voyageurs de la Barque de poste en arrêt sur la 3ème Couchée depuis Toulouse pouvaient assister aux offices et les messes sont toujours d’actualité en 2015.

Sur l’aquarelle du bas, à gauche du pont, le bâtiment couvert de lierre abritait autrefois l’auberge des voyageurs de la Barque de Poste. C’est, de nos jours, une des chambres d’hôtes du Somail (en données 2015).

Avant d’enchaîner sur un autre site, voici, d’une part, la péniche épicerie « Tamata », véritable supérette flottante, un des symboles du lieu. Claudine Wytrowa y était aux commandes jusqu’à une date récente. Depuis 2015, un jeune couple semble avoir pris la succession. On y trouve du pain, des tee-shirt à l’effigie du Canal, des bouteilles de rosé etc…

D’autre part, pas très loin en aval du Somail se trouve un ouvrage remarquable, l’épanchoir des patiasses.

Quelques kilomètres plus loin, sur la commune voisine de Sallèles d’Aude, se trouve un « bijou » architectural du XVIIIe siècle, situé sur le Canal de Jonction de la Robine. A la fois une écluse, un épanchoir et une cale de radoub, je vous dirigerai sur des liens en fin d’article si vous souhaitez en savoir plus sur cet ouvrage.

La quiétude et la lumière des petits matins printaniers et estivaux incitent à venir pêcher.

En remontant sur le village, voici le pont piétonnier de type « Eiffel » qui fait face à l’excellent établissement qu’est la Maison d’Hôtes « Les Volets Bleus » (lien en version anglaise et en version française) tenue par Isobel, Nick et Greg.

Décidée en 1891 face au chemin d’Ouveillan, la construction de la passerelle piétonnière débute en 1893, en « treillis métalliques de type Eiffel », séparés par des entretoises en U, et comportant un platelage initialement en bois mais remplacé en 1965 par une tôle lamée acier. L’ouvrage s’appuie sur deux culées en pierre complétées par deux escaliers.

Cette imposante bâtisse languedocienne au belles proportions dotée de 36 fenêtres et de 72 volets, autrefois une maison de maître appartenant à un vigneron a été convertie en Maison d’hôtes par les actuels propriétaires. J’éprouve un immense plaisir à venir y séjourner régulièrement tant par l’accueil des hôtes, que par la qualité de la table, sans oublier le cadre lui même qui me rappelle la maison de mes grands parents maternels.

En remontant vers la jonction des deux canaux, voici l’avant dernier ouvrage, l’écluse du Truilhas. Un navigant suisse m’a gentiment proposé de monter à bord en remerciement d’avoir pu photographier l’aquarelle que vous découvrez ci dessous.

L’ouvrage ci dessous, traversé par la route minervoise, est appelé « Pont Neuf », au profil similaire à celui du Somail, mais doté d’un blason à l’effigie du Languedoc, marque l’entrée sur le Village d’Argeliers où est né Marcelin Albert, considéré comme le meneur de la révolte des vignerons qui a débuté le 11 mars 1907.
Le chancre coloré a malheureusement fait de ravages dans le secteur et la coupe de nombreux platanes, que j’ai pu observer en 2014, permet d’avoir une vue dégagée sur le village.

Arrivée ici sur l’ouvrage appelé « Pont de la Province » délimitant les communes d’Argeliers, en Minervois, où se trouve le bâtiment du restaurant « Le Chat qui Pêche » (une bonne table), et la commune d’Ouveillan, en Narbonnais. Toute deux se situent dans le département de l’Aude. D’ici se dressent au loin Quarante, Cruzy et Montouliers, en Biterrois, dans le département de l’Hérault.

Je termine ici mes balades graphiques par le Pont de Sériège, au lieu dit « La Croisade ». Le bâtiment abrite une autre bonne table du Canal du Midi.

Ainsi s’achève cet article consacré à la saison 2015 de mes dessins, aquarelles et lavis.

Venir peindre sur le canal implique de faire de la marche à pied ou de la bicyclette (du roller aussi sur le chemin asphalté entre Toulouse et Port Lauragais), autrement dit, accompagner sa démarche artistique d’exercices physiques. Ceci dit, le « volet » sportif relève d’une conception assez « soft » chez moi. En revanche, retrouvez sur les articles de mon ami carnettiste-peintre-voyageur sa façon de procéder pour alterner ses objectifs sportifs et sa démarche d’aquarelliste sur ses articles « Aquarelle, chêne vert et Tête de braque » 1ère partie, 2ème partie, 3ème partie et 4ème partie.

C’est tout …, pour le moment!

Nicolas.

Retrouvez un article de Jean-Pierre Lagache, un passionné du département de l’Aude, sur Argeliers.

Randonnées graphiques au Somail en 2013

A travers ce récit graphique de 2013, je vais vous faire découvrir le hameau du Somail, sur les bords du Canal du Midi, à travers dessins et aquarelles.

Avant de le commencer, je dédie cet article à Jean-Pierre Daimé, un des aquarellistes présent au stage (accompagné de Louna) qui a tiré sa révérence dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 juillet 2013, suite à une opération. Jean-Pierre et Louna ont agrémenté notre séjour non seulement par la préparation de bons petits plats, mais aussi par leur gentillesse et l’initiative qu’ils ont pris de nous fournir du matériel supplémentaire afin de nous apporter plus de confort de travail au moment de nos exercices d’aquarelle « in situ » (tables et chaises pliants, fourniture de gamme de pinceaux etc…). De plus, Jean-Pierre était spécialisé dans le tournage et la conception de dvd de démonstration artistiques, aquarelliques en particulier. L’un d’entre eux, consacré à Joëlle Krupa Astruc, m’a particulièrement intéressé.

Sans plus tarder, ci-dessous la première aquarelle de ces cinq jours articulés autour de ce week-end de l’Ascension.

après-midi du mercredi 8 mai 2013

matinée du jeudi 9 mai 2013

matinée du dimanche 12 mai 2013

matinée du dimanche 12 mai 2013

après midi du jeudi 9 mai 2013

après midi du jeudi 9 mai 2013

après midi du jeudi 9 mai 2013

Je ne me suis pas privé de peindre ce que je voyais de ma chambre. Je ne mentionnerai pas l’établissement qui m’hébergeait mais je suis certain que quelques lecteurs sauront le situer. Je vous donne un indice : si je vous parle de planètes,  à laquelle pensez-vous ?

après midi du mercredi 8 mai 2013

Nous nous sommes également un petit peu éloigné du hameau pour étudier les reflets, comme vous pouvez le découvrir sur mes 3 aquarelles ci dessous. Je ne suis pas resté non plus insensible à l’ensemble architectural aux façades ocres du bâtiment vinicole et de ses annexes, situés à une centaine de mètres du pont, de l’auberge et de la chapelle, sur la rive droite, déjà sur la commune de Sallèles d’Aude, dans le Narbonnais. Comme me l’a si justement souligné Elisabeth, qui rentrait de Toscane, « se dégageait un petit air d’Italie », accentué par le palmier, essence qui, comme chacun le sait,  s’acclimate très bien à cette région dont il n’est pourtant pas originaire.

 après midi du mercredi 8 mai 2013

Je terminerai cet article « Du Somail à Minerve, 1ère partie » par la découverte de cette superbe maison languedocienne sur la rive gauche, en limite des communes de Ginestas et Mirrepeisset, particulièrement baignée d’une lumière très agréable les matins ensoleillés au printemps, ce qui nous a permis de nous exprimer pleinement.

matinée du jeudi 9 mai 2013

 matinée du jeudi 9 mai 2013

Je ne m’interdis pas non plus d’évoquer les pays que traverse le Canal du Midi et tout particulièrement 2 villages exceptionnels  que nous avons eu l’occasion de peindre le vendredi 10 mai 2013. Je vous invite donc à prolonger vos découvertes en lisant l’article qui suit celui-ci.

Nicolas.

Une page sur des tableaux sur le Canal du Midi, et en particulier sur le Somail ici.

Le Canal du Midi : randonnées photographiques du Somail à l’épanchoir du Gailhousty en 2013

A travers ce récit photographique de 2013, je vais vous emmener sur le Canal du Midi et sur le Canal de Jonction de la Robine.

Avant de le commencer, je dédie cet article à Jean-Pierre Daimé, un des aquarellistes présent au stage (accompagné de Louna) qui a tiré sa révérence dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 juillet 2013, suite à une opération. Jean-Pierre et Louna ont agrémenté notre séjour non seulement par la préparation de bons petits plats, mais aussi par leur gentillesse et l’initiative qu’ils ont pris de nous fournir du matériel supplémentaire afin de nous apporter plus de confort de travail au moment de nos exercices d’aquarelle « in situ » (tables et chaises pliants, fourniture de gamme de pinceaux etc…). De plus, Jean-Pierre était spécialisé dans le tournage et la conception de dvd de démonstration artistiques, aquarelliques en particulier. L’un d’entre eux, consacré à Joëlle Krupa Astruc, m’a particulièrement intéressé.

Dans le cadre de mon désir d’approfondir mes découvertes sur le Canal suite à  mon trajet le long de la totalité de celui-ci en août 2012, j’ai décidé de retourner dans des endroits emblématiques qui ont retenu toute mon attention. M’étant joint à un groupe d’aquarellistes dans le cadre d’un stage animé par Elisabeth Penou, du 8 au 12 mai 2013, j’ai ainsi rempli le double objectif d’utiliser mon appareil numérique et  de peindre. Je vous présenterai mes travaux graphiques dans un autre article, ce billet restant consacré à la présentation de mes photos, non seulement du Somail, mais également de l’épanchoir des Patiasses, du Pont Canal de Cesse et de l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine juste avant sa 1ère écluse.

Le soleil aura été quasiment au rendez-vous en ce début du mois de Mai … avec un vent froid et violent qui nous a rendu l’exercice artistique « in situ » un peu plus difficile que prévu dans la mesure où nous avons dû chercher des emplacements intéressants mais à l’abri de la Tramontane (surtout à Minerve). Les arbres du Canal et en particulier les cyprès nous y ont bien aidés. Je m’étais projeté des températures chaleureuses … en oubliant que les Saints de Glaces étaient encore à l’œuvre.

Arrivés par Béziers, j’ai souhaité faire un arrêt pique-nique à Capestang. Nous avons déjeuné avec Jean-Pierre et Louna sur la rive gauche du Canal en aval  afin de me remémorer mon trajet, et j’ai constaté la coupe de nouveaux platanes (je m’en rendrai compte également aux alentours du Somail).

mercredi 8 mai 2013

Des sandwiches rapidement avalés, nous partons donc pour le Somail, point de rendez-vous de notre séjour aquarellique de l’Ascension ou nous retrouvons les autres stagiaires et l’aquarelliste. Parmi eux, une habitante de Bize Minervois, esthéticienne, sœur d’un comédien connu et son ami, qui, en parallèle de sa propre production, se spécialise dans le tournage de démonstrations d’aquarelles.

Sans plus tarder, je vous fais découvrir ci-dessous le lieu que j’ai pris en photo à plusieurs heures de la journée et sur les 5 jours.

mercredi 8 mai 2013

mercredi 8 mai 2013

Vendredi 10 mai 2013

Ce hameau, qui a tout l’apparence d’un village, n’en n’est pas un. Il chevauche 3 communes et se situe au point de rencontre du Minervois et du Narbonnais. En données 2013, et cela changera peut être un jour dans la mesure où il existe, parait-il une forte volonté d’en faire une entité, le pont sépare les communes minervoises de St Nazaire d’Aude, en amont, et Ginestas, en aval (ou se situe la chapelle). A une centaine de mètres de l’ouvrage, sur la rive droite, au niveau du bâtiment vinicole aux façades ocre jaune, nous pénétrons sur la commune de Sallèles d’Aude et entrons dans le Narbonnais. Plus loin, le Canal s’imbrique dans les 2 pays ou les délimite, avec, d’un côté Mirrepeisset et Argeliers (Minervois), de l’autre Sallèles d’Aude et Ouveillan (Narbonnais), avant d’entrer dans l’Hérault et le Biterrois, au niveau des ruisseaux Pigros et La Nazoure.

8 symboles se détachent de ce hameau et en font son originalité : la chapelle, ou des messes sont toujours célébrées (en données 2013), le pont en dos d’âne, la glacière, le château d’eau, l’auberge, le musée du chapeau, la librairie proposant des ouvrages introuvables ailleurs, et la péniche épicerie, visible ci-dessous. Ce commerce, pour le moins atypique, propose des produits variés comme, par exemple, le Carthagène du Languedoc, un vin rosé fabriqué dans la région, au goût sucré qui se déguste en apéritif, ou divers vêtements d’été comme des tee shirts à l’effigie du Canal.

samedi 11 mai 2013

Le Somail était autrefois la 3ème couchée de la barque de poste dans le sens Toulouse-Agde. Les voyageurs s’y arrêtaient pour se restaurer, dormir et prier. Cela explique la présence de la chapelle construite entre  1672 et 1693 (remaniée et agrandie au 19e siècle), qui jouxte le pont datant de 1683. À côté s’élève la glacière, une tour ronde coiffée de tuiles romaines et sur l’autre rive, le bâtiment de l’auberge, de 1684 (chambres d’hôtes en 2013). A noter également en amont, sur la rive gauche, un très beau bâtiment languedocien dans lequel se trouve l’Office du Tourisme, en mauvais état (certaines toitures s’écroulent) mais promis à une restauration certaine. Affaire à suivre.

Je me suis également focalisé sur la chapelle et ai eu la possibilité d’y entrer. Celle-ci, tout comme le pont d’ailleurs (qu’empruntent voitures et camions), nécessiteraient une restauration imminente pour éviter les dégradations inévitables de l’usure du temps. Cela se vérifie particulièrement pour l’intérieur du bâtiment, doté d’une décoration très certainement remaniée au 19e siècle. J’ose espérer que sa rénovation permettra de lui rendre un aspect plus conforme à celui de 1693.

jeudi 8 mai 2013

jeudi 9 mai 2013

jeudi 9 mai 2013

samedi 11 mai 2013

Au moment de notre séjour aquarellique, pendant et en marge du stage, j’ai pu longer à pied plusieurs fois le Canal, sur les 2 rives, seul ou accompagné, en direction de l’embranchement du Canal de Jonction de la Robine (3 quart d’heure de marche environ). Je vous fais découvrir ci-dessous le hameau en aval du pont, l’Epanchoir des Patiasses, la Porte Minervoise et le l’Aqueduc de la Cesse sur ses 2 versants. Désireux de découvrir et prendre en photo ces lieux que je n’avais que succinctement aperçu pendant mon trajet à vélo,  j’ai cette fois ci décidé de m’y pencher plus attentivement. Je démarre donc du hameau sans oublier de porter un regard sur les magnifiques constructions qui bordent les 2 rives …

mercredi 8 mai 2013

jeudi 9 mai 2013

samedi 11 mai 2013

… pour m’arrêter à l’Epanchoir des Patiasses qui permet d’évacuer le trop plein d’eau du Canal en cas de crues et les évacuer vers la Cesse. Je ne me contente pas de  rester qu’au niveau du cours d’eau, mais prend l’initiative de descendre, non sans moindre mail et avec quelques égratignures, pour découvrir les 6 vannes de l’ouvrage à sa base.

samedi 11 mai 2013

samedi 11 mai 2013

Je me dirige ensuite vers l’Aqueduc de la Cesse via la Porte Minervoise et sa prise d’eau, autrefois le tracé du Canal quand celui-ci croisait la rivière. Celle-ci se dirige vers  Mirrepeisset et se joint à la Cesse en amont du village au lieudit « La Garenne ». Sans doute l’objet d’une prochaine promenade.

samedi 11 mai 2013

Voici l’Aqueduc de la Cesse, que j’ai pris soin d’immortaliser non seulement au niveau du Canal, mais aussi à la base de la rivière et sur les 2 versants. Les pierres sur la face en amont ont beaucoup souffert des crues.

Samedi 11 mai et mercredi 8 mai 2013

Je poursuis l’article par les 2 extrémités du Canal de Jonction de la Robine, non sans avoir croisé quelques cyclistes, points de ralliement, mes collègues du stage et moi-même de notre 4e journée d’aquarelle en plein air. Nous y retrouvons Elisabeth et ceux qui, déjà au travail, n’avaient pas souhaité marcher depuis Le Somail.

samedi 11 mai 2013

samedi 11 mai 2013

Nous avons terminé notre séjour le dimanche 12 mai 2013 par un vide grenier dans le hameau, et il était inenvisageable de quitter Le Somail sans être passé par cette librairie tout à fait atypique, dégageant une bonne odeur de papier ancien. De plus, je me suis également focalisé sur une belle façade (abritant des chambres d’hôtes en 2013) et une voiture de collection.

dimanche 12 mai 2013

dimanche 12 mai 2013

dimanche 12 mai 2013

Sur le même sujet, mes articles graphiques sur ce blog.

C’est tout, … pour le moment.

Nicolas.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.