Le Canal de Montech : étape graphique sur l’écluse de Mortarieu, mars 2014

En cette journée du samedi 15 mars 2014, la grisaille de l’hiver avait repris ses droits, malgré une météo printanière les jours qui ont précédé. Jean-François (mon ami qui a conçu ce blog et qui y écrit aussi des articles) et moi même n’avons pas hésité à nous rendre sur le site de l’écluse de Mortarieu, près de Montauban, situé sur le Canal de Montech, un cours d’eau de 1844 d’une dizaine de km reliant le Canal de Garonne au Tarn.
Tout d’abord, 2 vues générales du site, à bassin unique et à bajoyers droits, déformé sur les la 2e aquarelle pour en accentuer l’esprit panoramique.

By this Saturday, 15th March 2014, where the greyness of winter has taken back its rights, and despite a springlike weather which prevailed several days ago, Jean François (a friend who created this blog and who also writes articles) and myself, have not hesitated to go to the site of Montarieu’s lock near Montauban, which is situated on the Montech’s canal, a watercourse of 1844, of several kms, which links the Garonne’s canal to Tarn.
First of all, here are two general views of this site, a single basin and straight side walls, distorted on the two watercolours-to accentuate the panoramic mind.

En este sábado 15 de marzo del 2014, el gris invernal se había instalado a pesar del tiempo primaveral de los días anteriores. Juan Francisco (el amigo, que ha creado este blog y quien también escribe artículos en el) y yo, no hemos dudado en acercarnos al lugar de la Esclusa de Montariau cerca de Montauban, situada en el Canal de Montech, un canal construido en 1844, que mide unos diez kilómetros y que une el Canal de Garonne al río Tarn.
Primero dos vistas de conjunto del lugar, con estanque único y muros de contención derechos, deformadas en las dos acuarelas para acentuar la panorámica.

Le bâtiment de ce 5ème ouvrage du cours d’eau, situé à 4 km de Montauban, se caractérise de ses « voisines » par ses 2 niveaux devant lequel se dressent 2 volées d’escaliers, et d’une architecture de briques et de murs enduits avec un toit en tuiles romaines. La pluparts des autres maisons éclusières sur ce trajet, de même style, n’ont qu’un niveau.

The building of this 5th place of the river, located at about 4 kms from Montauban, is distinguished from its ‘neighbours’ by its 2 levels where stand two series of stairs and an architecture of bricks and walls coated with a Roman tiles’ roof.

El edificio de esta quinta obra del canal, situado a cuatro kilómetros de Montauban, se caracteriza por sus dos plantas delante de las cuales se erigen dos tramos de escaleras y por una arquitéctura de ladrillo, de muros revocados y de un tejado de tejas romanas, la mayoría de las demás casas escluseras, por el trayecto, sólo tienen una planta.

C’est par cette aquarelle ci dessous que s’achève ce court article. Il est à noter qu’un « code couleur », plus ou moins respecté se retrouve sur les bâtiments des canaux des Deux-Mers (dont fait partie le Canal de Montech) comme celui des portes et des volets.

It is by this watercolour below that ends this short article. It is to be noted that ‘a colour code’, more or less respected, is found on the building of the ‘Deux-Mers’ canals(which includes the Montech’s canal) such as the doors and shutters below.

Con esta acuarela, aquí abajo, se cierra este corto artículo. Es preciso apuntar que una paleta de colores más o menos respetada se percata a lo largo de los edificios de los canales des Deux-Mers (de los Dos Mares) cuyo Canal de Montech forma parte.

C’est tout, … pour le moment !!!
Nicolas.
That’s all … for the moment!
Nicholas Dürr (translation Mike Andony).
¡ Es todo, … por el momento!
Nicolàs Dürr (traduccion Rogelio Marey Lebrero) .

Étape graphique estivale sur l’écluse du Moulin du Gua à Narbonne

Un après midi de juillet, suivant l’inauguration d’une exposition photos sur le Canal du Midi, je me suis attardé vers un très beau site, l’écluse du Moulin du Gua, marquant l’entrée sur la ville de Narbonne sur le Canal de la Robine, en amont, pour y peindre.

Pour commencer, voici une étude au trait puis en aquarelle en aval de ce site architecturalement exceptionnel arboré par des saules pleureurs et des platanes, pour ne citer que ces essences.

Samedi 1er juillet 2017

Samedi 1er juillet 2017

Je me suis posté ensuite en amont de l’écluse pour dessiner d’abord et peindre ensuite. Et c’est par ces deux images que je termine le récit de cette agréable après-midi.

Samedi 1er juillet 2017

Samedi 1er juillet 2017

C’est tout, … pour le moment.

Nicolas.

Sur la péniche d’hôte « Mirage » à l’écluse d’Herminis sur le Canal du Midi

Ce billet est avant tout un article « coup de cœur », en aucun cas une publicité vantant les mérites d’un établissement plutôt qu’un autre. Je précise aussi que je ne toucherai aucune royalties suite à la diffusion de ce récit, même je suis conscient de faire de la publicité, ce qui fera très certainement plaisir aux propriétaires du bateau et contribuera à inciter peut être plus de cyclistes et voyageurs de passage à y faire une halte zen et reposante après une journée d’efforts.

Son écriture consiste à vous faire un compte rendu par rapport à ce que j’ai fait. A titre d’exemple, je n’improviserais pas un récit sur l’ascension du Mont Blanc sans en avoir au préalablement gravi le sommet, ou une promenade sur la Grande Muraille de Chine sans m’y être rendu.

Je désire avant tout vous faire partager ce que j’ai vécu sur ce lieu, et, d’ailleurs, d’autres sites avant moi et les avis écrits des internautes ont déjà contribué à  diffuser des échos favorables sur cet établissement. C’est d’ailleurs à partir de ces diverses informations que j’ai eu envie de venir vérifier moi même si la qualité du cadre et les prestations allaient dans le même sens que les descriptions  que j’ai pu lire ici et là.

Je suis arrivé en voiture  en fin d’après-midi et ai été accueilli dans cette péniche des années 50 d’abord par Pascal et ensuite par son épouse, Myriam (au physique me rappelant celui de l’actrice Caroline Bourg, que l’on peut voir dans le film « Intouchables » aux côtés de l’excellente Audrey Fleurot, mais aussi dans un rôle récurrent dans la série « Plus belle la vie »).

Le propriétaire des lieux m’a expliqué le règlement et le comportement à adopter sur un bateau, différent de celui dans une maison. Par soucis de sécurité, aucun local ne ferme à clef, seule la porte d’entrée et de sortie peut se verrouiller. Sur le plan de l’hygiène, on ne doit pas circuler en chaussures à l’intérieur, par contre, chacun doit impérativement se chausser pour accéder au pont métallique, excellent conducteur de chaleur (les pieds nus pourraient en souffrir par temps chaud).

Une péniche amarrée n’a pas forcément une position horizontale parfaite, ce qui nécessite des aménagements permettant une bonne évacuation sanitaire. La captation de l’eau (par filtrage) sur un bateau répond à des règles strictes , plus encore sur un cours d’eau artificiel en amont d’une prise d’eau. Autrement dit, à l’écluse d’Herminis, l’eau du Canal du Midi n’est encore alimentée que par les sources pures de la Montagne Noire , contrairement à Trèbes juste après la prise d’eau de l’Orbiel.

Le problème acoustique se pose aussi, dans la mesure ou le métal, matériau principal, ne diffuse pas les sons de la même manière qu’une construction en dur. Le bois, élément de décoration intérieure, contribue cependant à très relativement insonoriser les cabines.

Une fois installé dans « mes appartements », je me dirige donc vers le restaurant de l’écluse, que je connais un peu pour m’y être arrêté un an avant, le 15 août 2012, pour me désaltérer. Je remarque une disposition différente dans l’aménagement de la terrasse, ou plutôt des terrasses, l’une étant réservée plus précisément à la restauration et la seconde, aménagée plus en hauteur et permettant une vue panoramique sur les vignes de Pennautier et la Montagne Noire en arrière-plan.

Sur un plan esthétique, je ne peux que regretter, là aussi, l’absence d’unité dans le marquage des fenêtres (photo à droite) et la pose d’une porte fenêtre à petits carreaux standard  ne correspondant pas à l’encombrement initial de la précédente porte.

Dimanche 25 août 2013

Je sympathise avec un serveur au prénom évoquant un grand fleuve africain, travaillant ici pour la saison (de mai à octobre), originaire de Sète, exerçant aussi ses talents dans la photographie et créateur d’un site pour présenter son travail (portraits, nature, avec comme lieu de prédilection le continent africain, justement). Je lui résume en quelques phrases ma randonnée à bicyclette et mes articles sur ce blog.

Juste après le dîner, je m’attarde le long de l’écluse et décide de prendre une vue nocturne de l’établissement. La plupart de la clientèle a déjà déserté les lieux étant donné l’heure avancée de la soirée. Je n’ai pas vu le temps passer.

Dimanche 25 août 2013

J’entre dans le cœur du sujet en vous présentant maintenant l’intérieur de la péniche, à commencer par le salon-cuisine-salle à manger, espace dans lequel les clients prennent leur petit déjeuner par mauvais temps. Vous pouvez découvrir aussi le couloir à hublots qui mène aux 3 cabines dont celle dans laquelle je séjourne, la cabine « Oasis ». Selon mon humble opinion, j’aime beaucoup la décoration.

 Dimanche 25 août 2013

Dimanche 25 août 2013

Voici maintenant l’endroit dans lequel je vais passer une agréable nuit, aménagé de façon élégante et harmonieuse. Ici, par la volonté des propriétaires, point de connexions internet.

Dimanche 25 août 2013

Lundi 26 août 2013

De bon matin, par une journée qui s’annonce radieuse, et au rythme du passage des premiers navigants, promeneurs et cyclistes, je me dirige sur le pont sur lequel m’attend un sympathique petit déjeuner composé de café, chocolat ou thé, au choix de jus de fruits, de viennoiseries, de yaourts « maison » et surtout de délicieuses confitures artisanales (que l’on peut acheter d’ailleurs) aux associations de parfums d’abricot-basilic , figue-orange, prune-vanille, tomate verte-réglisse.

Je remarque sur le pont un jacuzzi que je n’ai pas eu le temps d’essayer. Il faut dire que l’établissement décline des séjours à thèmes, et pour quelques uns, en rapport avec le Canal. Je vous indiquerai en fin d’article le lien afin de vous laisser découvrir à votre aise les prestations proposées.

Lundi 26 août 2013

Lundi 26 août 2013

Après m’être régalé, tant au sens propre qu’au sens figuré, par cette douce matinée d’été, je m’apprête à quitter les lieux afin d’aller prendre des photos complémentaires du Canal du Midi non sans continuer à poser des questions à Pascal et Myriam et en prenant garde de ne pas me cogner la tête en montant l’escalier menant du salon à la cabine de pilotage. J’apprendrai notamment que le coût de navigation d’une péniche par jour coûte 1000 euro et que la péniche « Mirage » retourne tous les ans à la cale pour un entretien.

Je prendrai en photos avant de partir quelques vélos à l’arrêt et quelques cyclistes dont mes voisins de cabine qui entameront leur étape de la journée.

Lundi 26 août 2013

Lundi 26 août 2013

Franchement, elle n’est pas belle, la vie !!!???

C’est tout pour le moment.

Nicolas.

Le site de la péniche « Mirage », c’est ici.

Autres sites :

Le site de Nil Roux, « Nil images« .

Le site du Canal des deux mers à vélo.