Un samedi estival de la place Henri Krazucki au parc de Belleville, Paris 20e arrondissement

Le récit de Nicolas globe croqueur d’une sortie estivale dans le 20e arrondissement de Paris un samedi de 2019.

Quoi de mieux que de flâner dans des endroits de Paris, un peu hors des sentiers battus, pour vous traduire mes impression graphiques. C’est ce que j’ai choisi de faire par un samedi ensoleillé d’été 2019 dans le 20e arrondissement, dans le cadre d’une sortie organisée par Delphine Priollaud Stocket. Nous avons commencé par par la place Henri Krazucki…

… avant de poursuivre rue des cascades, dans laquelle je remarque une architecture remarquable, d’inspiration néo gothique.

Delphine nous a emmené à la villa de l’Ermitage, que je découvrais pour la première fois…

… avant de terminer par une vue panoramique sur Paris depuis le Parc de Belleville.

Nicolas globe croqueur

Un lieu dans Paris, la « Folie du treizième », 2016

Je vous invite à parcourir Paris hors des sentiers battus et de découvrir une des nombreuses « perles » architecturales nichées dans des arrières cours  au détour d’une rue de la capitale, dont on ne soupçonnerait même pas l’existence.

Voici la « Folie » du 13e arrondissement, située rue Lebrun. Cette architecture discrète et élégante du XVIIIe siècle  construite sans doute en 1727, reste l’unique exemplaire de ce qu’on appelait « les petites demeures de plaisance ».

Elle fut vendue en 1768 à un propriétaire qui avait le projet, apparemment, d’en faire une location. Le principal du Collège des Grassin y habitat en 1776, puis revendue en 1817. Un descendant d’une des familles des lissiers des Gobelins (métier dans le textile) en fut l’un des propriétaires.

Le premier étage de la tour d’angle, qui abrite un salon Louis XV, est doté des éléments architecturaux caractéristiques du XVIIIe siècle, comme les consoles et un très élégant balcon de pierre à rambarde en fer forgé finement travaillé, qui surmonte  une porte basse coiffée par un macaron sculpté.
Le jardin d’origine, équipé d’une glacière,  jouxtait les bâtiments des magasins de la Manufacture des draps et de teinture en écarlate.

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-02-rc

Pour terminer l’article, voici deux interprétations au dessin à la plume et en aquarelle de cet ensemble harmonieux.

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-03-rc

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-04-rc

Nicolas, globe croqueur et photographe.

Un lien sur un blog traitant du Paris des sentiers battus, à propos de ce lieu en cliquant ici.

Pour découvrir mes articles d’un de mes autre blogs, celui des « Croqueurs de nature » présentant mes travaux graphique sur Paris et ailleurs, c’est en cliquant .