Sortie « randocroquis » sur Toulouse, 2013

En ce week-end prolongé de l’Ascension en cette année 2013, et désireux d’aller non seulement dessiner en plein air, mais aussi être accompagné, je me suis donc intégré, sur 2 jours, dans un groupe, et dans le cadre d’une sortie « randocroquis » sur Toulouse animée par Vincent Desplanche (pour en savoir plus sur l’organisme et l’animateur, vous pourrez cliquer sur des liens en fin d’article).

J’ai ainsi retrouvé avec plaisir une connaissance espagnole habitant Barcelone, rencontrée l’année précédente dans le Haut Doubs dans le cadre d’un séjour aquarelliques qu’organise régulièrement le talentueux carnettiste voyageur Alain Marc dans cette région.

Nous avons commencé notre ballade artistique à proximité de la Place St Cyprien (enfilade d’immeuble, puis détail sur l’un d’eux.

Dimanche 19 mai 2013

Dimanche 19 mai 2013

Pour terminer la journée, juste avant qu’il ne pleuve, nous nous sommes dirigés vers la Garonne de manière à « immortaliser » par une aquarelle le Pont Neuf, magnifique ouvrage dont la construction fut terminée en 1632.

Dimanche 19 mai 2013

Par un lundi plus ensoleillé, nous nous sommes rendus près du Canal de Brienne et à l’écluse de St Pierre qui le termine. Suit une aquarelle depuis le pont et un travail sur l’ouvrage qui marque la sortie (ou l’entrée selon le sens emprunté) du cour d’eau sur la Garonne.

 —

 

Lundi 20 mai 2013

 —

Lundi 20 mai 2013

Et c’est sur cet endroit que je termine mes 2 agréables journées sur Toulouse riche en échanges partagés autour de la créativité. J’aurai l’occasion de vous relater, dans un nouvel article, le récit d’une sortie parisienne, toujours animé par Vincent.
C’est tout … pour le moment !

Nicolas.

« Randocroquis », ici.

Vincent Desplanche, et là aussi.

Alain Marc, sur ce lien.

Un article d’Alain Marc sur Toulouse, avec une très belle représentation du Pont Neuf.

Un lieu dans Paris, la « Folie du treizième », 2016

Je vous invite à parcourir Paris hors des sentiers battus et de découvrir une des nombreuses « perles » architecturales nichées dans des arrières cours  au détour d’une rue de la capitale, dont on ne soupçonnerait même pas l’existence.

Voici la « Folie » du 13e arrondissement, située rue Lebrun. Cette architecture discrète et élégante du XVIIIe siècle  construite sans doute en 1727, reste l’unique exemplaire de ce qu’on appelait « les petites demeures de plaisance ».

Elle fut vendue en 1768 à un propriétaire qui avait le projet, apparemment, d’en faire une location. Le principal du Collège des Grassin y habitat en 1776, puis revendue en 1817. Un descendant d’une des familles des lissiers des Gobelins (métier dans le textile) en fut l’un des propriétaires.

Le premier étage de la tour d’angle, qui abrite un salon Louis XV, est doté des éléments architecturaux caractéristiques du XVIIIe siècle, comme les consoles et un très élégant balcon de pierre à rambarde en fer forgé finement travaillé, qui surmonte  une porte basse coiffée par un macaron sculpté.
Le jardin d’origine, équipé d’une glacière,  jouxtait les bâtiments des magasins de la Manufacture des draps et de teinture en écarlate.

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-02-rc

Pour terminer l’article, voici deux interprétations au dessin à la plume et en aquarelle de cet ensemble harmonieux.

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-03-rc

2016-05-le-15-Paris-13e-cour-intérieure-20-rue-Lebrun-vue-04-rc

Nicolas, globe croqueur et photographe.

Un lien sur un blog traitant du Paris des sentiers battus, à propos de ce lieu en cliquant ici.

Pour découvrir mes articles d’un de mes autre blogs, celui des « Croqueurs de nature » présentant mes travaux graphique sur Paris et ailleurs, c’est en cliquant .