Sauve inspire, avec Julia, le 16 juillet 2020

Le récit, par Nicolas globe croqueur, d’une sortie urban sketchers à Sauve, dans le Gard, en compagnie de Julia Kaulbach.

Comme tous les jeudis, quelques urban sketchers se réunissent dans le village de Sauve, dans le Gard, pour y dessiner et y peindre. Le Virdoule, fleuve long de 95 km passe au pied du bourg. En voici un aperçu depuis le promontoire de la place arborée, la place Jean Astruc.


Ce jeudi 16 juillet 2020, je m’y suis rendu pour la première fois et une artiste locale, Julia Kaulbach est allée à ma rencontre pour m’accompagner pendant cette agréable journée ensoleillée. C’est donc en duo que nous avons travaillé et je vous présente ce que nous avons produit ce jour.
Tout d’abord, nous nous sommes posés sur cette magnifique place arborée avant de descendre au pied du fleuve (aquarelle de Julia au dessus, aquarelle de Nicolas au dessous, dessins de Nicolas sur cahier d’écolier sur le 2ème visuel, aquarelles de Julia sur le 3ème visuel).

Julia m’a également fait découvrir son atelier.

C’est donc avec plaisir que je reviendrai à Sauve la deuxième quinzaine d’août. Voici, pour terminer, une vue du village en rendu encre sépia.

C’est tout, … pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

Lien vers Julia Kaulbach.

Un samedi à Honfleur, juin 2020

Récit par Nicolas globe croqueur, d’une sortie aquarelle à Honfleur, organisée par l’aquarelliste Christian Colin, le dernier samedi de juin 2020.

Samedi 27 juin 2020, c’est à Honfleur que je me suis rendu pour retrouver un groupe pour dessiner et peindre ensemble, dans le cadre d’une journée organisée par l’aquarelliste Christian Colin.

Honfleur est une sympathique commune portuaire normande, sur la rive gauche de l’estuaire de la Seine, en face du Havre, et tout près du débouché du pont de Normandie. Surtout connue pour son Vieux Bassin pittoresque, elle se caractérise non seulement par ses bâtiments aux façades recouvertes d’ardoises, mais aussi pour avoir été maintes fois représentée par des artistes, comme Gustave Courbet, Eugène Boudin, Claude Monet et Johan Barthold Jongkind, formant l’École de Honfleur, qui contribura à l’apparition du mouvement impressionniste. Alphonse Allais et Erik Satie y sont nés dans la même rue

Arrivé la veille, et avant de me rendre sur le port, voici un visuel de ce que je voyais depuis ma chambre d’hôtel, notamment l’emblématique pont de Normandie.

Ci-dessous, trois photos panoramiques et trois interprétations graphiques du port dans des styles différents. A noter que pour  les deux premières, je me suis inspiré de la manière de peindre de Marion Rivolier.

Nous avons poursuivi en nous focalisant sur des bateaux amarrés…

… avant de nous intéresser au bâtiment du musée de la Marine…

… avant de poursuivre par la Lieutenance.

Pour terminer, une photo du maître et de votre serviteur en arrière plan.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas globe croqueur.

En bonus, une petite vidéo (tournée pendant la restauration de la Lieutenance).

Première sortie après confinement

La première sortie graphique, en solo, de Nicolas globe croqueur, après le confinement.

Pas forcément nécessaire d’aller bien loin de chez soi pour trouver quelques merveilles, selon moi, à dessiner ou peindre. Ajouté aux consignes de ne pas trop s’éloigner les jours qui ont suivi la fin du confinement, je remarquais régulièrement une demeure architecturalement intéressante quand je prenais ma ligne d’autobus pour me rendre ou revenir du travail, ou, mieux encore, décidais de marcher sur les 3 km 500 du trajet.


Elle est située dans une commune de la petite ceinture parisienne, et non loin d’un autre bâtiment que j’ai découvert, par la même occasion, qui abritait des anciens bains-douches, et en cour de restauration. Ce sera le sujet d’une autre publication.

Voici la demeure en pierres meulières en question, typiques des architectures franciliennes.

Autre version, en couleur (aquarelle rehaussée aux crayons de couleur).

Retrouvez cet article aussi sur le blog des Urban sketchers France en cliquant ici.

Nicolas globe croqueur.

Le Canal du Midi de Béziers à Marseillan (1/8) : Le bief d’Arièges.

Le récit de Nicolas sur le Canal du Midi entre l’écluse de Béziers et celle de Villeneuve-lez-Béziers.

Après une longue période de doute, et tenté par l’abandon, j’ai décidé de poursuivre mes publications sur le récit de mes trajets à vélo le long du Canal du Midi, à partir de l’écluse de Béziers, à l’embranchement du tracé originel emprunté avant 1857 et du tracé neuf qui évitait l’Orb et ses crues. Après tout, terminer ce qui est commencé fait partie des valeurs qui ont fait partie de mon éducation.

De plus, les 55 jours de confinement en France, depuis le 17 mars 2020, terminés, la belle saison entamée, la ré ouverture de la navigation sur le Canal du Midi et l’encouragement à rester dans l’hexagone en juillet et août, ont fini de me convaincre de revenir sur ce blog.

En guise de « mise en bouche », une aquarelle d’un ouvrage situé sur le parcours et que je vais évoquer plus loin.

Il s’agit du 31ème récit photographique de ma randonnée à vélo le long des 240 km du du Canal du Midi. Ci-dessous, l’embranchement du tracé originel et du tracé neuf.

mai 2015

mai 2015

Voici les ouvrages rencontrés sur le parcours : la demi-écluse et le pont des moulins neufs (et son patrimoine ferroviaire et industriel aux alentours)…

mai 2015

mai 2015

mai 2015

… la demi-écluse et pont de Saint-Pierre

mai 2015

… le pont transbordeur (1923). le pont du Capiscol (1676 et reconstruit au 20ème siècle)…

mai 2015

… l’aqueduc Saint Victor…

mai 2015

… et enfin, l’écluse qui retient les 3 km 910 du bief d’Arièges.

Les arbres dans le secteur restent encore préservés, ce qui offre au promeneur une sensation de fraîcheur, mais pour combien de temps encore !!!???

mai 2015

mai 2015

Le pont levant, appelé aussi pont transbordeur a été construit en 1923 pour raccorder l’usine au réseau ferré. Restauré en 2009, son esthétique n’en reste pas moins un témoignage intéressant du patrimoine industriel du 20ème siècle.

mai 2015

Autre ouvrage, plus contemporain, celui-ci, sur lequel on mérite de s’arrêter, plus pour ses tags que pour son esthétique proprement dit (le pont du Capiscol, cité plus haut).

mai 2015

J’approche de l’écluse d’Ariège (et le pont de l’autoroute A9) , 59 ème écluse depuis Toulouse, à bassin simple.

mai 2015

mai 2015

mai 2015

Nous sommes a 212 km 156 de la Garonne et à 28 km 711 de l’Etang de Thau et du phare des Onglous. Il est à noter que c’est sans doute dans les environs que passera la futur tronçon de la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan (le chaînon manquant de la LGV Paris-Barcelone), et que se trouvera également la nouvelle gare de Béziers (qui pourrait s’appeler « Béziers TGV-Canal du Midi »).

C’est tout, pour le moment !!!

Nicolas.

Retour sur la liste des  articles consacrés à ma randonnée à vélo.

Retrouvez mes photos de toutes les écluses du Canal du Midi sur cette carte.

Mes photos de tous les biefs et toutes les écluses du canal, sur ce lien.

Nous sommes ici dans un secteur du canal ou naviguent les bateaux du soleil.

Mes défis graphiques hors « in situ » pendant le confinement

Les défis graphiques choisis par Nicolas globe croqueur pendant les 55 jours du confinement en France en 2020.

Pendant les 55 jours du confinement en France, je me suis permis de répondre à quelques défis graphiques lancés sur les réseaux sociaux. J’ai également participé à des visioconférences organisées par le peintre aquarelliste et maître de stages Alain Marc, sur des sujets variés comme le Québec, l’Amérique du Sud, le Maroc ou la Provence.

Cependant, j’ai tout d’abord relevé le défi que m’avait lancé Jean-François, un de mes amis, qui m’avait envoyé la photo d’une petite fille au nounours assise sur un banc. J’en ai donc fait une version sur papier couleur, en techniques mixtes, feutre, crayons de couleur et aquarelle. Que peut donc regarder cette petite !!!??? Pourquoi ne serait t’elle pas captée par cette danseuse sud-américaine que j’ai peinte ensuite en suivant une visioconférence d’Alain !!!???

Et pour poursuivre sur les visioconférences (ou télé-ateliers), ci dessous, deux aquarelles du Québec en automne, au lac Brome, dans la réserve naturelle Quilliams-Durrull.

Pour continuer dans une ambiance de bleus et de verts, ci-dessous deux réponses à quelques défis lancés sur les réseaux sociaux, comme la cabane du pêcheur en Irlande et un lavoir normand.

Changement d’ambiance, avec une vue urbaine de mon quartier à Montrouge, au sud de Paris (exception à la règle définie dans le titre, ce visuel a été réalisé « in situ », et non d’après support photographique).

Toujours des ambiances urbaines, mais plus au soleil cette fois-ci, 3 vue de Porto (sur les 2 rives du Douro).

Direction Rome, cette fois, et particulièrement une terrasse de la Place Navone d’ou a joué de la guitare électrique tous les soirs à 19h30 pendant la durée du confinement en Italie, le jeune Jacopo Mastrangelo, 19 ans (sujet d’une de mes publications). C’est d’après un reportage au journal télévisé à ce sujet que j’ai eu envie de travailler sur ces visuels, qui ont été, je le précise au passage, appréciés par l’intéressé sur les réseaux sociaux.

Pour terminer, 3 visuels, un autoportrait à l’age de 25 ans…

… l’Amandier de Brayer aux Beaux-de-Provence, peint pendant un télé-atelier avec Alain (un des visuels qui entrera dans une prochaine publication)…

… et enfin une sculpture de feu le père d’Alain, Jean Marc, intitulée « Le poisson qui nageait entre 2 zoos ».

C’est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

Les publications d’Alain Marc qui m’ont en partie inspirées cette publication :

« Petits poissons d’Avril pour vos fêtes de Pâques« .

« L’Horloge des « Temps modernes » marque l’heure de la fin du confinement« .

Mes travaux « in situ » pendant le confinement

Quelques travaux graphiques « in situ » de Nicolas globe croqueur pendant les 55 jous du confinement de 2020.

Je profite de cette sortie progressive des 55 jours de confinement en France, et avant que nous ressortions tous aller dessiner et peindre en plein air, pour vous présenter ce que j’ai produit « in situ » pendant cette période.

Pour commencer, voici les immeubles des années 1960, 1970 et 1980 que je vois depuis une de mes fenêtres qui donne sur une avenue passante en période dite « normale », mais qui n’aura jamais été aussi silencieuse pendant 55 jours de confinement (l’ex RN 20-Paris-Bourg-Madame, au départ de la Porte d’Orléans). Presque plus d’automobiles sur l’avenue, et plus aucune en vitrines des deux concessionnaires d’une marque suédoise et japonaise aux pieds des tours.

Un de mes voisins parti se confiner au vert et m’ayant confié les clefs de son appartement m’a permis de m’attabler sur sa terrasse afin de pouvoir dessiner ce que j’y voyais. La rue Louis Rolland, à Montrouge, perpendiculaire à l’avenue passante citée plus haut, est bordée non seulement de résidences dites « semi-récentes » selon le langage des agences immobilières, mais aussi de petits immeubles en briques des années 1930 et de demeures, dont certaines dites « de maître » ou « bourgeoises » au cachet certain. D’autres bâtiments, qui menaçaient de tomber en ruine, ont été restaurés pour devenir des résidences aux normes du standing d’aujourd’hui. Tout cela donne au quartier un esprit convivial, à taille humaine et de proximité, à seulement 300 m d’une bouche de métro, donc à moins de 15 minutes du centre de Paris.

Voici aussi des images intérieures. J’ai décidé de relever certains défis proposés sur les réseaux sociaux comme celui de « Y quoi dans la placard à chaussures ? » et celui de « Y a quoi dans le frigo ? »

N’étant sorti qu’une dizaine de fois depuis le 17 mars 2020, J’ai décidé de descendre dans le parc arboré de la résidence et c’est sur un visuel de ce récit que j’achève cette publication. Tout comme le travail du frigo, j’ai travaillé sur du papier couleur, issu d’un stock qui est resté dans des tiroirs pendant 30 ans et qui n’a pas pris une ride.

Nicolas globe croqueur.

La publication à ce sujet sur le blog des Urban sketchers France sur ce lien.

Jacopo, le jeune guitariste de la place Navone / Il giovane chitarrista di piazza Navona

Ce qu’a inspiré graphiquement à Nicolas globe croqueur les morceaux joués par un jeune guitariste italien depuis sa terrasse surplombant la place Navone à Rome, pendant les 50 jours qu’ont duré le confinement dans son pays.
Ciò che ha ispirato graficamente a Nicola Croccante i pezzi suonati da un giovane chitarrista italiano dalla sua terrazza che domina Piazza Navona a Roma, durante i 50 giorni che sono durati il confinamento nel suo paese.

Pendant les 50 jours qu’ont duré le confinement en Italie, un jeune guitariste italien, Jacopo Mastrangelo, 19 ans, a eu la très bonne idée de se produire tous les soirs à 19h30 depuis sa terrasse qui domine la place Navone à Rome. Sont initiative, conforté par l’intérêt architectural du lieu, m’a inspiré graphiquement et voici les travaux que j’en ai tiré.

Durante i 50 giorni di isolamento in Italia, un giovane chitarrista italiano, Jacopo Mastrangelo, 19 anni, ha avuto l’ottima idea di esibirsi ogni sera alle 19:30 dalla terrazza che domina Piazza Navona a Roma. Sono iniziativa, confortato dall’interesse architettonico del luogo, mi ha ispirato graficamente ed ecco i lavori che ne ho tratto.

J’ai tout d’abord commencé un travail au feutre de la place (image ci-dessus), d’après une capture écran de la terrasse de Jacopo avant d’y ajouter l’aquarelle.

In primo luogo ho iniziato un lavoro al feltro della piazza (immagine sopra), dopo uno screenshot della terrazza di Jacopo prima di aggiungere l’acquerello.

Vient ensuite un 2e travail, le portrait de Jacopo, réalisé au feutre, aquarelle et crayons de couleur.

Segue un secondo lavoro, il ritratto di Jacopo, realizzato in feltro, acquerello e matite colorate.

Pour terminer, mon intervention sur un logiciel de traitement d’images numériques m’a permis d’associer le portrait et la place en arrière plan. Certains internautes m’ont souligné que les notes de musique de Jacopo leur revenaient aux oreilles en découvrant mes visuels.

Per concludere, il mio intervento su un software di elaborazione di immagini digitali mi ha permesso di associare il ritratto e lo spazio in background. Alcuni utenti mi hanno sottolineato che le note musicali di Jacopo tornavano loro alle orecchie scoprendo le mie immagini.

Sur les liens ci-dessous, l’ensemble des prestations de Jacopo depuis la terrasse surplombant la place (je souligne au passage qu’il a beaucoup de chance d’habiter cette ville et cet endroit), et en particulier le 30e jour (Jacopo invité par la maire Virginia Raggi à honorer Rome et l’Italie depuis la splendide terrasse du Capitole avec vue imprenable sur les forums impériaux).

Sui link qui sotto, l’insieme delle prestazioni di Jacopo dalla terrazza che domina la piazza (sottolineo al passaggio che ha molta fortuna di abitare questa città e questo luogo), e in particolare il 30 º giorno (Jacopo invitato dalla sindaca Virginia Raggi a onorare Roma e l’Italia dalla splendida terrazza del Campidoglio con vista mozzafiato sui fori imperiali).

https://www.youtube.com/channel/UC2RA36pNnv780U-FopuKdPQ/videos

Bonne chance à Jacopo et au pays. Vous avez enchanté nos cœurs au delà des frontières de l’Italie.

Buona fortuna a Jacopo e al paese. Incantato i nostri cuori oltre i confini dell’Italia.

Nicolas globe croqueur/Nicola Croccante.

Aquarelles marocaines du cours a distance d’Alain Marc du 15 avril 2020 et bien plus encore

Nicolas globe croqueur vous présente ses photos, images numérique et aquarelles du Maroc et du Jardin de Majorelle à Marrakech en particulier.

Ce mercredi 15 avril 2020, pour agrémenter notre trentième jour de confinement (en données françaises), Alain Marc, peintre-aquarelliste et maître de stages nous a concocté un de ses cours à distance avec pour thème, le Maroc.

Nous sommes nombreux à travers le monde a nous connecter pour passer deux heures agréables à suivre ses démonstrations , comme par exemple des personnes se connectant de Floride, du Quebec, de l’Amérique du Sud, de l’Australie etc…

Vous pourrez découvrir l’une d’elles à la fin de cette publication, enregistrée, comme pour toutes les autres, par un participant canadien – qu’il en soit remercié.

Tout d’abord, voici deux aquarelles de la Kasbah Asmâa, hôtel restaurant que je connais aussi dans la mesure ou j’y ai séjourné en 2008, le bâtiment d’abord, puis un zoom sur le jardin (premier exercice avec démonstration d’Alain Marc par visioconférence).

Voici une autre version de de la Kasbah Asmâa, en techniques mixtes, feutre et crayon de couleur.

J’en profite aussi pour ressortir un travail au pastel gras d’un salon marocain, celui du riad Sahara Nour à Marrakech.

Viennent ensuite trois de mes aquarelles sur le jardin de Majorelle à Marrakech, dont celle à gauche, peinte sans dessin préalable, l’objet du deuxième exercice avec démo d’Alain Marc par visioconférence. Les deux autres ont été peintes en avril 2013 lors d’un séjour organisé par l’aquarelliste Sonia Privat.

Je complète aussi par quelques images graphiques et numériques de ce magnifique endroit ou il est très agréable de s’y attabler et de se laisser bercer par la fraîcheur et se laisser bercer par le chant des oiseaux.

Autre monument emblématique de Marrakech, le minaret de la Koutoubia, représenté ci-dessous en trois versions diurne et une nocturne.

Pour terminer, voici un oiseau emblématique de Marrakech, la cigogne, qui, fuyant les frimas de l’hiver en Europe, fait étape dans la ville, à la recherche de climats plus doux, avant de repartir vers le Sénégal, quoique, certaines d’entre- elles choisissent de ne pas poursuivre plus loin leur voyage. On aperçoit leur nids un peu partout dans la ville, comme par exemple sur l’avenue Hommane-Al-Fatouaki ou sur la place des Ferbantiers.

Ce volatile est aussi présent au sud du Portugal. Alain l’évoque dans une de ses publications sur ce lien.

C’est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

Une petite vidéo sur la démo d’Alain sur le jardin de la Kasbah Asmâa.

Regards croisés sur Venise

Nicolas globe croqueur rend hommage aux peintures à l’huile de son père à travers cette publication sur un regard croisé avec ses propres productions.

Profitant du confinement pour classer la photothèque des peintures de feu mon père, j’ai décidé de vous faire partager, à partir de ce regard croisé, mes dessins en sépia, d’une part, et ses huiles sur Venise.

Sans plus tarder, voici une de mes représentations du Campo Santi-Giovanni-e-Paolo…

… avant de vous mener vers une place célèbre que l’on ne vous présente plus (difficile de s’y » poser » pour dessiner ou peindre, la maréchaussée s’empressant de vous sermoner, ce qui m’est arrivé d’ailleurs, et ayant du m’attabler sur la terrasse d’un célèbre café avec supplément « musiciens » pour terminer mon travail).

Le travail ci-dessous a été réalisé à partir d’une photo, n’ayant pas eu la chance de me trouver un point de vue à cet endroit de la place Saint-Marc.

Direction maintenant le Grand Canal avec une vue sur le Palais des Doges et une autre sur le Palazzo Michiel dalle Colonne.

Pour terminer, voici un travail en techniques mixtes (feutre, aquarelle, gouache, crayons de couleur) et deux huiles de mon père de la Chiesa San Giorgio Maggiore .

C’est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

Souvenirs graphiques à l’Opéra Garnier en juillet 2012

Souvenir graphique de la première sortie de Nicolas globe croqueur avec les Urban sketchers sur l’Opéra Garnier en juillet 2012.

Confinement lié à la pandémie du coronavirus oblige, ne pouvant sortir pour ensuite vous publier ce que je dessine et peint à l’extérieur, c’est une occasion inespérée de vous « caser » cette publication en attendant des jours meilleurs.

En recherchant dans mes archives graphiques et photographiques classées, je vous fais partager, à travers ce récit, la journée Urban Sketchers Paris du 14 juillet 2012 qui avait pour thème l’Opéra Garnier. Cette sortie aura été une « première » avec les Urban sketchers.

Tout d’abord deux vues sur l’avenue qui fait face à la façade principale…

… puis la fameuse façade éclectique conçue par Charles Garnier…

… avant de terminer par trois représentations intérieures.

C’est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.