Merci Cécile !!!

La publication de Nicolas sur une carnettiste vadrouilleuse et excellente pédagogue artistique.

0-0-0

Quelle n’a pas été ma surprise d’apprendre, après tant d’années à nous avoir fait découvrir la capitale, lors de tes sorties intitulées « dans Paris insolite », que tu avais décidé de quitter « ton havre de paix », comme tu dis si bien, pour partir vers une nouvelle destination.

Pendant toutes ces années, et malheureusement, les aléas de la vie, ont fait que je n’en ai pas assez profité, tu nous a fait « sortir de notre zone de confort », grâce à ta pédagogie inventive et en nous faisant découvrir plusieurs techniques graphiques, en utilisant le collage et l’écriture, par exemple.

Tu quittes ta « maison-atelier » située dans une charmante cour pavée et végétalisée d’un quartier dans le 20ème arrondissement de Paris, que j’ai eu l’occasion de croquer lors d’une de tes sorties, pour mettre les voiles vers la Méditerranée, vers Toulon plus précisément.

J’espère pouvoir venir continuer à partager des moments autour de la créativité, comme tu dis, lors de journées estivales quand j’aurai l’occasion de descendre dans le Sud. J’ai déjà l’occasion de le faire avec une « consœur », Dominique Gioan, aquarelliste, les jeudis à Sauve, dans le Gard.

0-0-0

0-0-0

Mais, trêve de bavardages. Voici une vidéo ou tu nous fais découvrir ton approche des carnets de voyages.

0-0-0

0-0-0

Sans me tromper, je pense que tu fais partie de celles et ceux qui peuvent affirmer que leur profession leur permettent de leur procurer du plaisir, pour pouvoir le transmettre ensuite. C’est une opinion qui convient aussi très bien à mon ami carnettiste-aquarelliste Alain Marc, et à tant d’autres encore, que je ne peux toutes et tous citer ici mais qui se reconnaitront.

0-0-0

0-0-0

Bonne chance pour la suite et au plaisir de se revoir pour de nouvelles expérience dans le cadre de ces excellents moments partagés.

Nicolas globe croqueur (et photographe).

0-0-0

Le blog de Cécile, c’est sur ce lien.

0-0-0

Le Canal du Midi de Béziers à Marseillan (6/10) : Le bief d’Agde jusqu’à l’écluse ronde

Le récit de Nicolas sur le Canal du Midi entre la bifurcation du canal d’évacuation vers la mer et l’écluse ronde d’Agde.

0-0-0

Voici le 36ème récit photographique de ma randonnée à vélo le long des 240 km du du Canal du Midi. Il sera question du trajet sur la dernière partie du bief entre Vias et l’écluse ronde d’Agde.

0-0-0

0-0-0

Cette section, à partir de la bifurcation vers Agde est plus arborée, et même si les platanes ici risquent d’être touchés par le chancre coloré, le trajet n’en restera pas tout autant rafraichissant. Les cavalier(e)s et autres promeneurs et promeneuses ne s’y trompent pas d’ailleurs.

0-0-0

0-0-0

Le chemin de halage est essentiellement sablonneux. Ci-dessous, l’ouvrage moderne de la déviation de Vias de l’ex RN 112. Plus loin, après le pont ferroviaire, se trouve la pont de l’ancien tracé quand cet itinéraire Albi-Montpellier traversait la ville.

0-0-0

0-0-0

Ici, comme sur, et surtout sous de nombreux ponts du Canal, les taggueurs laissent libre court à leur créativité.

0-0-0

0-0-0

Revoici les fameux passelis, au nombre de 22 le long de ce bief, plus ou moins bien entretenus. Certains ont malheureusement disparus. Ils permettent au surplus d’eau de s’évacuer avant de se rependre sur une surface plane puis de se diriger vers la mer par un fossé. Le plus long d’entre eux comptait 47 travées.

0-0-0

0-0-0

Si certains ont disparus, de beaux exemples subsistent encore.

0-0-0

0-0-0

0-0-0

Elargis à partir de 1835, les dalles des ponceaux furent taillés avec un bec relevé sur les bords du chemin de halage afin de retenir une épaisseur de gravier. Un confort supplémentaire pour les chevaux.

0-0-0

0-0-0

Voici ce qui pourrait ressembler à une prise d’eau, mais qui est en fait une déviation, celle de l’Ardaillon, un des nombreux fleuves capricieux au moment des crues (les orages sont impressionnants dans le secteur). Le Canal du Midi reçoit ici les eaux d’un cours d’eau naturel, pour ensuite les évacuer à l’aide non seulement des passelis cités plus haut, mais aussi par l’intermédiaire d’épanchoirs à siphon.

0-0-0

0-0-0

Un épanchoir à siphon est un des types d’ouvrages qui permet de recevoir des eaux excédentaires en amont, pour les évacuer en aval, en fait avec le même principe de fonctionnement que celui se trouvant sous les lavabos. Tout comme pour les passelis, les eaux se répandent sur une surface plane, ou dans un bassin de rétention comme ci-dessous, avant d’être évacuées par la mer. Le fameux siphon les empêche de « faire marche arrière ».

0-0-0

0-0-0

Avant d’arriver sur Agde, voici, en pièce graphique et photographique, le plus bel ouvrage du bief, le Pont des trois yeux (ou pont Saint-Joseph, 1733), qu’empruntait l’ancien itinéraire menant à Vias. Aujourd’hui, l’ouvrage, composé essentiellement de la pierre grise volcanique locale, aboutit sur une propriété privée.

0-0-0

0-0-0

0-0-0

Les embarcations de plus en plus nombreuses signifient que j’approche de la fin du bief. D’entretien inégal, certaines sont habitées par des marginaux qui tentent de se faire une petite place au soleil ici, au sens propre comme au figuré.

0-0-0

0-0-0

Le canal, avant d’arriver sur l’écluse, longe en parallèle la voie ferrée ex PO-Midi Bordeaux-Sète. En arrière-plan le clocher de la cathédrale fortifiée Saint-Etienne.

0-0-0

0-0-0

Pour finir, un petit port, devant lequel se dressent un bâtiment à la façade majestueuse et une chapelle précède un ouvrage quasiment unique au Monde, l’écluse Ronde, qui sera le sujet d’une prochaine publication.

Ici s’achève ce bief de 13,1 km. Il s’agit de la 62e écluse depuis Toulouse. Nous sommes à 230 km 998 de la Garonne et à 9 km 869 de de l’Etang de Thau et du phare des Onglous.

Sur cet endroit se trouvait la couchée de la 4ème étape des passagers de la barque de poste en provenance de Toulouse.

0-0-0

0-0-0

0-0-0

A Noter que c’est sur Agde que s’est terminée ma randonnée à vélo de 2012 depuis Toulouse, en 6 jours. J’avais choisi, cependant, bien que ce n’était pas au programme de « Rando vélo », de me rendre au phare des Onglous et d’y revenir, soit une prolongation de 18 km environ.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas globe croqueur (et photographe).

0-0-0

Retour sur la liste des  articles consacrés à ma randonnée à vélo.

0-0-0

Mes photos de tous les biefs et toutes les écluses du canal, sur ce lien.

0-0-0

Nous sommes ici dans un secteur du canal ou naviguent les bateaux du soleil.

0-0-0

La villa Etelvina, 2020

Une architecture idéale dans le Grand Porto, Portugal.

0-0-0

Située dans le nord de Porto, dans la commune limitrove de Matosinhos , sur l’avenue Fabril do Norte, que traverse la voie ferrée du métro léger (lignes A, B, C, E et F, en données 2020), notamment la ligne qui mène à l’aéroport, voici une architecture qui a tout de suite retenue mon attention.

0-0-0

Situada no norte do Porto, no município limítrofe de Matosinhos , na avenida Fabril do Norte, que atravessa a via férrea do metropolitano ligeiro (linhas A, B, C, E e F, em dados de 2020), nomeadamente a linha que conduz ao aeroporto, Esta é uma arquitetura que captou minha atenção imediatamente.

0-0-0

Il s’agit de la Vila Etelvina, d’un style mêlant « Belle époque » et « Art Nouveau ».

0-0-0

Trata-se da Vila Etelvina, de um estilo que mescla « Belle époque » e « Arte Nova ».

0-0-0

0-0-0

0-0-0

Acquise par la municipalité au début des années 2010, selon mes sources, elle semble être aujourd’hui une garderie (en données 2021).

0-0-0

Adquirida pelo município no início dos anos 2010, de acordo com as minhas fontes, actualmente parece ser uma creche (em dados 2021).

0-0-0

0-0-0

0-0-0

0-0-0

0-0-0

Ce bâtiment m’a inspiré pour en faire une interprétation graphique en techniques mixtes (aquarelle, feutre et pastel gras).

0-0-0

Este edifício me inspirou a fazer uma interpretação gráfica em técnicas mistas (aguarela, feltro e pastel gordo).

0-0-0

0-0-0

C’est tout, pour le moment. / Por agora é tudo.

Nicolas globe croqueur.

0-0-0