Bonne et heureuse année 2021

Les voeux de Nicolas globe croqueur et photographe pour 2021.

Bonjour à toutes et à tous.

Comme je le pressentais, l’année qui s’est terminée aura été un « virage », avec des aventures personnelles qui se sont terminées, d’autres qui se sont créées et des troisièmes qui restent et resteront des « valeurs sures ».

Pour ce qui concerne les aventures personnelles terminées, mon choix d’y mettre fin résulte du fait que je n’avais plus la motivation que j’estimais nécessaire pour avoir la légitimité de les poursuive.

Petite remarque faite, j’entre dans le vif du sujet.

Tout d’abord, le bilan de l’année 2020, puis ce que je compte entreprendre en 2021… et après, autrement dit, faire en sorte que ce blog ait de l’avenir, à défaut de prétendre qu’il soit « plein d’avenir ».

Je compte continuer à m’ « investir », plus ou moins adroitement, jugeront certains, certainement avec des résultats qui seront plus ou moins au rendez-vous, mais, en tout cas, avec l’objectif de bien aller au delà des effets d’annonce sur les réseaux sociaux, comme l’ont fait certains en qui j’ai longtemps cru, et qui n’iront peut-être pas plus plus loin sur certains sujets, en tout cas, ce qui fait qu’une collaboration n’est absolument plus possible avec ceux qui ont cet état d’esprit, autrement dit, le découragement, cela déteint.

Ceci-dit, chacun fait comme il veut et/ou comme il peut, et pour ma part, je n’ai pas d’esprit de rancune.

Pour commencer, je peux affirmer sans me tromper que cette année 2020 aura été « particulière » avec un confinement que personne n’attendait vraiment, moi le premier. Nous pensions tous que cet « imprévu » ne se limiterait qu’à des quarantaines localisées et uniquement pour les personnes concernées par le virus du Covid 19.

C’est donc avec une totale impréparation que le 17 mars 2020 nous est « tombé dessus » avec des projections dans l’avenir immédiat qui ont été compromises, modifiées ou, tout simplement, annulées.

La visite d’invité(e)s mauricien(e)s, par exemple, et la découverte du Canal du Midi que j’avais prévu de leur proposer ne s’est pas du tout concrétisée. Ils et elles n’auront donc pas pu découvrir Carcassonne, notamment.

Autre évènement annoncé mais annulé, et qui pourra, j’espère, être possible cette année : la Provence avec mon ami Alain Marc au mois de mai, d’autant plus que mon ami aquarelliste, lui au moins, fait partie des « valeurs sures » que j’ai évoquées plus haut.

En revanche, le voyage estival en août à Porto a bien pu avoir lieu…

… tout comme la sortie un samedi sur Honfleur avec Christian Colin, une autre « valeur sure », …

… et des jeudis aquarelles à Sauve, dans le Gard, proposés et animés par Dominique Gioan et Julia Kaulbach, que j’ai rencontrées pour la première fois et qui m’ont très bien accueilli. Occasion qui m’aura été donnée aussi de tester mon tout nouveau vélo électrique sur la voie verte qui passe à proximité de ce village gardois, et notamment sa prolongation vers Hippolyte-du Fort. A terme, nous pourrons aller de Nîmes au Vigan par cet itinéraire.

Voici l’ancienne gare de Sauve transformée en restaurant (photo août 2020), suivi d’un visuel du village.

Je tiens à souligner aussi un des évènements sympathiques de ce début d’année 2020 : ma participation avec les Urban sketchers au salon du dessin et de la peinture à l’eau au Grand Palais, en février (une des dernières manifestations organisée à la manière du « monde d’avant le Covid 19 »).

Le confinement aura été l’occasion également de relever des défis graphiques divers et variés comme aller dessiner cette vue de Montrouge (Hauts-de-Seine) que je voyais d’une de mes fenêtres…

… ou alors ma participation aux samedis après-midis télé-ateliers organisés par Alain Marc sur le thème de la Provence, du Québec et du Maroc. Un stage carnet de voyage virtuel en quelque sorte…

… ou bien encore ce que m’ont inspirées graphiquement parlant les initiatives de certaines personnes pendant le confinement, comme ce jeune guitariste italien de 18 ans, Jacopo Mastrangelo qui se produisait tous les samedis depuis sa terrasse dominant la place Navone à Rome.

Pour 2021, et pour les années qui vont suivre, j’ai décidé de présenter les tableaux à l’huile de mon père, d’étoffer mon volet « généalogie », d’ouvrir mon blog à des contributeurs et contributrice invité(e)s, comme ce fut le cas pour deux contributeurs marocains par le passé et déjà le cas pour Isabelle Werk (articles sur des peintres et des musiciens), sans oublier ce que j’ai dans mes « cartons » comme le Sud Portugal en 2016, Porto en 2019 et 2020, New-York (je l’avais promis mais je ne l’ai pas encore publié), et les sorties parisiennes avec Alex Illkurtz .

S’ajouteront peut-être d’autres sorties que je n’ai pas encore prévues, comme les sorties du samedi avec Christian Colin… si les règles et les contraintes sanitaires ne « s’ invitent pas » de nouveau.

Autre objectif : la poursuite de mes récits de ma randonnée à vélo sur le Canal du Midi (3 publications en 2020), et notamment, je vous prépare un article sur un endroit qui mérite une publication à lui seul, les ouvrages du Libron (tout comme l’écluse ronde d’Agde que j’évoquerai ultérieurement).

Je tiens à remercier celles et ceux, par l’intermédiaire de nos rencontres, de nos échanges, me donnent envie d’y croire, autrement dit, de par leur désir vouloir toujours se prouver quelque-chose et inspirent autour d’eux un esprit dynamique très positif. Cela permet plus ou moins des synergies ponctuelles entre blogueurs. J’espère, en retour, leur rendre la pareille.

Avant de conclure, voici une de mes aquarelles automnales du Canal du Midi aux alentours de Capestang.

A toutes et à tous, une très bonne et heureuse année 2021, qui sera sans doute difficile, mais passionnante, pour peu que tout à chacun ait envie de concrétiser ses projets, autrement dit, s’investir.

L’avenir immédiat doit cependant s’envisager avec prudence.

Nicolas globe croqueur.