Hommage posthume à Jean MARC, le forgeron humaniste (2) : bilan de l’exposition à Bozouls, en Aveyron

Voici le dernier article que je consacre à l’exposition Consacrée au peintre-sculpteur et conteur occitan Jean MARC (Roger Carrière de son vrai nom, 18 mai 1924 / 23 mai 2008).

L’exposition a connu un large succès comme en témoigne la publication de mon ami Alain Marc ici. Il est à parier qu’il y aura d’autres expositions ailleurs en France, à commencer par le département du Tarn, d’où l’artiste est originaire.

J’étais présent au vernissage, ce qui m’a permis non seulement de faire la connaissance de la famille d’Alain, mais surtout de produire quelques aquarelles que je vous présente ci-dessous.

Tout d’abord, voici une vue sur la boucle du Canyon de Bozouls au pied duquel coule de Dourdou, offrant une vue époustouflante depuis la place principale du village, sur l’église romane Sainte Fauste.

J’entre dans le vif du sujet par la pièce maîtresse de l’exposition, l’ « Homme de la Mancha« , une référence à Don Quichotte mais pas que…

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Viennent ensuite quelques sculptures qui ont attiré mon attention (liste non exhaustive), à commencer par « Nom d’une pipe, nom d’un balai ! », témoignage de la comédie humaine, qui est un théâtre. D’ailleurs, moi qui me suis rendu au Festival d’Avignon 16 jours après, « Nom d’une pipe, nom d’un balai ! » pourrais très bien être le titre d’une pièce du OFF.

Toujours sur le registre de la comédie humaine, aussi étrange que cela paraisse, il m’est arrivé de repenser aux sculptures de Jean MARC dans le TGV du retour d’Avignon quand j’ai vu défiler dans mon wagon un certain nombre d’adolescentes, dont certaines plus que très émues, pour faire des selfies avec une célébrité assises 3 rangées de sièges plus loin avec sa compagne. J’ai alors imaginé ce qu’il aurait pu créer s’il avait été témoin de telles situations et le titre qu’il aurait pu donner à son oeuvre, par exemple, « L’adoration » ou mieux encore, « La vénération ».

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Voici « Mon cœur pour un violon », « L’homme qui ramène sa fraise », « Tête de Guy enfant » (un des fils de Jean MARC) et, en arrière-plan, « Le clown amoureux ».

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Une attention particulière pour « Celui qui nageait entre deux zoos », tellement elle se réfère toujours à de nombreux comportements !!!

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Les peintures du Maître étaient aussi exposées. Établi à Cordes-sur-ciel, il beaucoup peint sur ce magnifique village perché, sans oublier non plus la préfecture du Tarn et sa cathédrale.

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Je terminerai par deux œuvres, tout d’abord « La revanche de la machine »…

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

… puis un triptyque sur l’histoire de la musique, commande d’un collectionneur mélomane. Il devait y avoir 5 panneaux mais Jean MARC est décédé avant de pouvoir finir les 2 derniers.

Le 1er panneau se réfère à la musique dans l’Antiquité, le 2e au Moyen-Age et à la Renaissance, le 3e aux portraits des grands musiciens. Les 2 derniers devaient se référer à la musique moderne et contemporaine.

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

Et enfin, je conclus ma publication par quelques uns de mes dessins et aquarelles que m’a inspiré cette exposition.

Tous droits réservés ADAGP, avec l’aimable autorisation des ayants droits

C’est tout !, … pour le moment.

Nicolas globe croqueur (et photographe).

Le blog et le site d’Alain MARC, et celui consacré à son père.

En bonus, la photo de la maquette des mains à Eragny, visible à l’exposition, que je raconte sur cette publication, suivie par une vidéo d’Alain MARC.

 

 

Auteur : Nicolas Dürr

Dessinateur, aquarelliste, peintre et photographe, je vous fais partager mes créations graphiques et numériques sur ce blog.

8 réflexions sur « Hommage posthume à Jean MARC, le forgeron humaniste (2) : bilan de l’exposition à Bozouls, en Aveyron »

  1. J’ aime beaucoup votre reportage, d autant plus que j ai eu l’opportunité de découvrir cette expo. Alain Marc évoque si souvent son père que c était très émouvant de voir ces sculptures et peintures.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s