Le Canal du Midi (1/15/30), de Carcassonne à la jonction (2012) (6/7) : de l’écluse d’Argens au Somail

Canal du Midi (2012-2018) : de l’écluse d’Argens au Somail.

Voici  le 15ème article sur le récit de ma promenade à vélo sur 7 jours le long des 240 km du Canal du Midi couvrant le trajet entre l’écluse d’Argens, là où commencent les 54 km du Grand Bief (le 55ème du canal), et le sympathique hameau du Somail, au moment de ma pause déjeuner.

Voici les ouvrages rencontrés sur le trajet : le pont de Roubia (17ème siècle), l’épanchoir et l’aqueduc de Roubia (1690), le Pont de Paraza (17ème siècle), la « pièce maitresse » du parcours, le pont-canal du Répudre (1680), l’aqueduc de Saint Paul (1690), le pont de Ventenac (17ème siècle), l’aqueduc de Ventenac, 1689), le très astucieux, et utile en cas de crues, épanchoir à siphon de Ventenac (1778), le pont de Saint Nazaire d’Aude (ou pont Saint Rome) (1838), l’aqueduc de Delfieu (1690), la Cale de Foncaude (1801), le Pont de Saint Marcel (1771) et le port du Somail (17ème siècle).

Au départ de l’écluse, il n’y a plus d’arbres, et j’ose espérer que cela sera provisoire, mais je retrouve rapidement un chemin de halage ombragé, direction Roubia …

 Vendredi 17 août 2012

… charmant village que je n’hésite pas à aller découvrir et qui s’annonce par ce magnifique pont et une demeure de maître en pierres de taille au bord de l’eau. J’y découvre aussi une « architecture » navale toute en bois pour le moins très originale et croise deux kayakistes qui, très certainement, et cela je le juge à leur équipement, ont choisi de remonter le Canal du Midi sur toute sa longueur, autrement dit, sont sans doute partis du phare des Onglous pour se rendre aux Pont-Jumeaux. Je les aurais très certainement questionnés si je les avais rencontrés à l’écluse. Une pensée me viens de nouveau pour l’un de mes amis, Eric, que j’ai déjà évoqué dans un article précédent, qui a navigué sur la Loire de Tours à Nantes par ce moyen de transport … en guise d’entrainement pour descendre une rivière en Alaska sur 500 km, d’une part, et de Timothée, un ado kayakiste qui raconte son trajet en 2012 sur son blog, d’autre part.

Vendredi 17 août 2012

Je suis retourné photographier ce pont de manière plus précise lors des nombreux séjours « post ballade à vélo » que j’effectue régulièrement depuis 2012. Je remarque des pêcheurs sexagénaires ou plus qui transmettent leur passion à leurs petits-fils, constatant que cette activité reste essentiellement masculine. Promis juré, si je rencontre une pêcheuse, je ne manquerai pas d’aller à sa rencontre et essayer de comprendre pourquoi elle reste encore réservé aux hommes.

Dimanche 4 mai 2014

Après une pause dans ce magnifique village aux architectures intéressantes (comme la mairie), voire remarquables (comme cette demeure somptueuse de pierres et de brique près du Canal), je me dirige vers Paraza.

 Dimanche 4 mai 2014

J’aperçois au loin le château de Paraza, 17ème siècle, dans lequel Riquet a séjourné pendant les travaux du canal, perché sur un promontoire et au pied de plusieurs terrasses arborées, qui, elle même, prolongent le haut bourg, qui offre une vue panoramique sur le massif des Pyrénées, et en particulier, sur le Mont Canigou. Un pont du 17ème siècle enjambe le Canal du Midi. Je croiserai deux jeunes filles qui, comme moi, feront même trajet et le prolongeront jusqu’à Sète. Une femme, que j’ai cru d’abord être leur mère ou leur tante, les abordera pour les accompagner un bout de chemin.

Peu avant l’arrivée sur le village, et jusqu’à la sortie à l’Est de celui-ci, le chemin de halage fait place à la route, certes peu fréquentée, mais petit désagrément, selon moi.

Vendredi 17 août 2012

Dimanche 4 mai 2014

Direction maintenant un des ouvrages les plus emblématiques d’autant plus qu’il a commencé par être unique sur le ruban d’eau, le pont-canal du Répudre, qui était une attraction locale dans la mesure ou personne n’avait vue encore des bateaux passer sur un pont.

Seul ouvrage de ce type du temps de Riquet, datant de 1680, avec une chaussée de part et d’autre en callades, conçu sur le modèle d’ouvrages situés sur les canaux italiens que l’ingénieur Andréossy avait étudié. Le chantier, long de 3 ans, a mobilisé près de 400 ouvriers, sous la direction d’Emmanuel de l’Estang. La longueur, dans le temps de la construction et l’investissement humain demandé a sans doute découragé Riquet d’entreprendre de semblables aqueducs aux croisement du Canal Royal de Languedoc et des autre rivières (pour une question de coûts aussi très certainement), préférant les chaussées malheureusement souvent endommagées par des crues. Vauban améliorera l’œuvre de Riquet en y ajoutant les autres aqueducs nécessaires pour rendre le plus indépendant possible le cours d’eau artificiel des caprices des rivières et autre fleuves. « Cerise sur le gâteau », une inscription fut accolée au pont dès 1837.

A proximité, un déversoir et le petit aqueduc de St Paul, datant de 1690 sans oublier une borne indiquant le niveau des crues du 18 septembre 1843 et du 12 septembre 1875.

La rivière délimite les communes de Paraza et de Ventenac-Minervois.

Vendredi 17 août 2012 et mercredi 27 août 2013

Il est à noter que le Canal peut se parcourir sur les deux rives entre Paraza et Ventenac Minervois bien que je déconseille la rive gauche aux vélo tractant des remorques (qu’il faudra détacher, surtout si ces dernières transportent des enfants en bas âge.

Méandres passés, arrivée majestueuse sur Ventenac-Minervois et son pont du 17ème siècle.

L’imposant bâtiment au style éclectique aux airs d’édifice religieux néo-moyenâgeux, La Cave du Château datant de la fin du 19ème siècle, fait face à la Halte de Plaisance « Alexandre Pech ». Il se caractérise par son activité vinicole : vente de bouteilles de vins rouges et rosés essentiellement de la production locale. Comme tout point de vente vinicole qui se respecte, l’achat de bouteilles s’accompagne de nombreuses dégustations.

Vendredi 17 août 2012

Ci dessous, quelques vues panoramiques de ce village perché, lui aussi sur un promontoire. Quelques belles propriétés aussi dans les rues de celui-ci.

Vendredi 17 août 2012 et jeudi 28 août 2013

Le pont fait aussi parfois office de plongeoir pour des ados qui n’hésitent pas à se jeter à l’eau, au sens propre comme au figuré, bien que la baignade soit interdite.

Vendredi 17 août 2012

Il est à noter que le Canal du Midi peut également se longer sur ses deux rives, à vélo et à pied,  à partir de Ventenac , et jusqu’au Somail. je découvre ainsi le pont Saint Rome, (ou pont de Saint Nazaire, ci dessous photo en haut à gauche et en bas), élégant ouvrage en pierre calcaire, datant de 1838,  faisant penser bien volontiers  à un ouvrage conçu un siècle plus tôt. J’y découvre malheureusement un tag (toujours présent lors de mes nouveaux passages en 2013 et 2014), qui ne lui apporte, selon moi, aucune plus value. Je partage ce qu’à écrit mon ami Jean-François sur ce blog à ce sujet et je vous inviterai à lire son article, par la transmission d’un lien, à la fin de cet article.

Sur la photo en haut à droite, la Cale de Foncaude surmontée d’un élégant ponceau, permet de recevoir les eaux qui s’étalent sur les terres environnantes et qui ne peuvent progresser, par ce que barrées par le Canal, qui les reçois donc.

Vendredi 17 août 2012 et jeudi 28 août 2013

Le pont de Saint Marcel, ou le Pont Neuf du Somail (photo du bas), date de 1771 et se caractérise par une succession de 3 matériaux : la pierre calcaire, le basalte et le grès. Tout comme le pont Saint Rome, et contrairement au Pont Vieux du hameau, de larges voutes donnent à l’ouvrage son aspect majestueux. Il marque d’ailleurs l’entrée occidentale du hameau.

Vendredi 17 août 2012

Je découvre pour la première fois ce magnifique hameau, à cheval sur 3 communes (Ginestas, Saint Nazaire d’Aude et Sallèles d’Aude), et 2 pays (le Minervois et le narbonnais), autrefois la 3ème dînée de la barque de poste en provenance de Toulouse.

Ci dessous en haut à gauche, le Pont Vieux, la chapelle et l’auberge à l’opposé, qui marque la limite entre les communes de Ginestas et St Nazaire d’Aude. En haut à droite, le bâtiment de l’office du Tourisme promis à une restauration certaine.

Enfin, sur la photo du bas, les « canards du midi » accompagnés de cygnes, très présents sur les 240 km du trajet.

Vendredi 17 août 2012

C’est par une pause déjeuner sur la terrasse du restaurant « Le comptoir nature » sur la rive droite au pied du pont, côté Carcassonne, que j’achève ce 15ème récit « En Minervois jusqu’au Somail ».

C’est tout, … pour le moment !!!

Nicolas.

Retour sur la liste des  articles consacrés à ma randonnée à vélo

Retrouvez mes photos de toutes les écluses du Canal du Midi sur cette carte.

Mes photos de tous les biefs et toutes les écluses du canal, sur ce lien.

Le récit de la descente de Timothée en kayak sur le Canal du Midi, c’est ici.

Le reportage télévisé sur la descente de la Loire en Kayak de mon ami Eric, c’est .

Hébergement sur le parcours (liste non exhaustive) :

Le château de Paraza.

Le château de Ventenac-Minervois.

La Cave du château de Ventenac-Minervois.

Le domaine de Creva Tinas, prononcez « crébo tinos », oenotourisme, gites et chambres d’hôtes.

Hébergements au Somail (liste non exhaustive) :

Chambres d’hôtes « Le Neptune ».

Chambres d’hôtes « La Maison des escaliers« .

Chambres d’hôtes « Chez Pierrette« .

Le domaine du « Bosquet du Somail« .

Nombreux restaurants au Somail, dont l' »ô à la bouche », L’auberge du Somail, et mon coup de cœur, « Le comptoir nature« .

Autres sites :

Le site du Canal des deux mers à vélo.

Le site Vélo-Canaux-Dodo.

Une de mes aquarelles.