Étape graphique estivale sur l’écluse du Moulin du Gua à Narbonne

Un après midi de juillet, suivant l’inauguration d’une exposition photos sur le Canal du Midi, je me suis attardé vers un très beau site, l’écluse du Moulin du Gua, marquant l’entrée sur la ville de Narbonne sur le Canal de la Robine, en amont, pour y peindre.

Pour commencer, voici une étude au trait puis en aquarelle en aval de ce site architecturalement exceptionnel arboré par des saules pleureurs et des platanes, pour ne citer que ces essences.

Samedi 1er juillet 2017

Samedi 1er juillet 2017

Je me suis posté ensuite en amont de l’écluse pour dessiner d’abord et peindre ensuite. Et c’est par ces deux images que je termine le récit de cette agréable après-midi.

Samedi 1er juillet 2017

Samedi 1er juillet 2017

C’est tout, … pour le moment.

Nicolas.

Une agréable journée de fin d’été en aquarelles à St Valery en Caux en septembre 2015

Par une belle journée ensoleillée du dernier samedi de l’été 2015, sur l’initiative d’une journée organisée par l’aquarelliste normand Christian Colin que je rencontrais pour la première fois, et entouré de près d’une dizaine de « condisciples », sans doute tout aussi désireuses, comme moi, de continuer à prendre un « bol d’air » suite aux congés d’été, je vous présente mes travaux du jour.

Pour commencer, et avant l’arrivée de Christian et du groupe, voici une aquarelle de l’accès maritime sur la ville, avec, a gauche, l’Hôtel de Ville, au fond, l’écluse qui protège le port de plaisance des marées et à droite, sans doute un des plus vieux bâtiments de la ville, constitué de colombages, la maison dite « Henri IV », construite en 1540 par l’armateur Guillaume Ladiré. Le Roi, dit-on, y aurait été hébergé.

samedi 19 septembre 2015

Ci dessous à gauche, toujours la dite  » maison Henri IV » entourée d’élégantes bâtisses plus récentes en briques et en pierres blondes.

samedi 19 septembre 2015

C’est sur ce bâtiment exceptionnel  non seulement inspiré de la Renaissance Italienne (personnages sculptés, décors de végétaux et animaux), mais aussi par les voyages des normands vers des contrées plus lointaines comme l’Amérique du Sud, que nous avons consacré la matinée. En voici 3 représentations

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

L’après midi aura été consacrée à la promenade du bord de mer, au phare et aux falaises en particulier.

Ci dessous, 2 rendus en lavis de celles-ci, côté Ouest, direction Fécamp avec le phare et côté Est en direction de Dieppe. Je n’ai pu m’empêcher de peindre une nouvelle vue de l’entrée sur la ville.

samedi 19 septembre 2015

Pour terminer, 3 aquarelles sur la jetée et le phare, d’une part, et les falaises, d’autre part. De nombreux promeneurs sur les lieux en ce dernier week-end estival de l’année ainsi que quelques baigneurs courageux.

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

samedi 19 septembre 2015

En guise de « bonus, une photo du groupe (avec votre serviteur à gauche), et une photo du Maître.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien, et pour en savoir plus sur les récits de ses sorties à la journée, dont celle-ci et bien plus encore, je vous invite à vous inscrire à ses newsletters.

Etape graphique sur les bords de Loire à Tours, juillet 2017

Cette publication relate une randonnée graphique, fin juillet, sur la rive gauche de la Loire à Tours.

Par une belle journée ensoleillée du dernier samedi de juillet 2017, sur l’initiative d’une journée organisée sur les bords de Loire, dans ma ville natale, à Tours, par l’aquarelliste Stéphane Prévot , que je rencontrais pour la première fois, et entouré de cinq autres personnes, dont une vaillante octogénaire, je vous présente mes travaux du jour.

Stéphane avait choisi la rive gauche du fleuve, et nous sous sommes d’abord posés en aval du Pont Wilson, (ou Pont de pierres), édifié à partir de 1665 et terminé en 1778, il est le plus vieil ouvrage de la ville. Sur ses 15 arches, il enjambe le fleuve sur 434 mètres.

En 1978, soit 200 ans après son achèvement, les 4 arches Sud se sont effondrées un dimanche matin, fort heureusement ne faisant aucune victime. Les nombreuses interventions humaines, d’extractions de sables sont à l’origine de la catastrophe. Les arches manquantes ont été reconstruites à l’identique, et l’ensemble du pont consolidé. Au moins cet effondrement aura permis un renforcement de la surveillance de tous les ouvrages traversant la Loire, à commencer par celui du chemin de fer à Montlouis.

Samedi 29 juillet 2017

Samedi 29 juillet 2017

Je me suis penché ensuite sur le passage arboré du quai de la rive gauche, avec la dernière arche du pont en arrière-plan.

Samedi 19 juillet 2017

Samedi 29 juillet 2017

Nous avons déjeuné à la Guinguette tourangelle, située au pied de l’escalier qui mène à la Place Anatole France, sur laquelle est se dresse une grande roue foraine (en données 2017).

Nous avons ensuite « migré », l’après-midi en direction de la passerelle St Symphorien, (ou Pont de Fil), sujet à une étude au trait, puis à l’aquarelle.

Ce pont suspendu piétonnier et cyclable a été construit de 1845 à 1847 par les frères Seguin, sur l’emplacement d’un ouvrage médiéval. Détruit en 1940… et de nouveau en 1944, il a connu depuis diverses fermetures puis réouvertures pour des questions de sécurité et de travaux de canalisations. Au début de XXe Siècle, l’ouvrage reliait le quartier populaire Paul Bert, sur la rive droite, au centre de Tours. En arrière plan, le Pont Mirabeau, terminé en 1972.

De nombreux oiseaux font étape, nichent ou se reproduisent sur ce fleuve resté sauvage, comme des aigrettes, que nous avons eu la chance d’apercevoir.

Samedi 29 juillet 2017

Samedi 29 juillet 2017

Je me suis attardé également sur l’enfilade des escaliers qui relient les quais à la promenade arborée de l’avenue André Malraux, sans oublier de me focaliser sur un des anneaux, qui permettaient l’amarrage des embarcations du temps ou le fleuve était navigable.

Samedi 29 juillet 2017

Nous avons conclu cette agréable journée ensoleillée par la dégustation d’un rosé de Loire, prétexte à un dernier dessin sur les nombreuses personnes attablées à la guinguette.

Samedi 29 juillet 2017

C’est tout, … pour le moment !

Nicolas.

Le site de Stéphane Prévot, qui projette de publier un livre d’aquarelles intitulé « Carnets de Tours », début 2018, c’est ici.

Sur cet autre lien, d’ intéressantes photos d’Olivier Simon sur les oiseaux de Loire.

Randonnés graphiques en Provence, août 2017 (en sépia)

Cette publication relate un séjour graphique d’une semaine dans les environs de Forcalquier en août 2017.

La Provence est un région qui m’inspire beaucoup sur le plan graphique. Après y avoir séjourné dans le cadre de rencontres organisées par mon ami peintre-carnettiste-aquarelliste Alain Marc, en 2014 et 2016 du côté de Salon, c’est cette fois-ci dans le cadre d’un séjour encadré par l’aquarelliste Patrick Fouilhoux, du côté de Forcalquier et de la Montagne de Lure que je vous présente cette publication. Autrement dit, après avoir approché  le Lubéron par son versant Sud-ouest, c’est maintenant par son versant Nord-Oriental que vous allez découvrir mes travaux graphiques.

Entouré d’un groupe sympathique, en particulier Ange Pieraggi (mais pas que lui), j’accompagne mes textes de dessins en sépia. Les aquarelles illustreront un autre récit. Nous avons aussi eu la présence de la sympathique Maëva pour nos séances de modèle vivant.

Nous étions hébergés au Gîte des Magnans, dans le hameau éponyme, sur la commune de Pierrerue, géré par l’association Longo Maï. Se sont joint au groupe, Franck, le cuisinier, accompagné de sa femme Aude, et Maëva,  pour les séances de modèle vivant.

Dimanche 20 août 2017

Ci-dessous, en haut à gauche, la montagne de Lure sur son versant sud, sujet de notre sortie de la première matinée, puis le village de Lurs, qui lui fait face, et le village de Sigonce (ci-dessous, en bas). Je constate ici l’existence de toitures en lauze, comme pour celle de cette église au clocher à peigne.

Dimanche 20, lundi 21 et jeudi 24 août 2017

Lundi 21 août 2017

Sigonce n’est pas qu’un sympathique petit village (qui marque l’entrée sur le Lubéron, d’ailleurs). Il existe aussi une petite cascade au pied d’un pont et un endroit très agréable pour la baignade. Il s’agit du Lauzon, petite rivière de 25,2 km qui rend sa source dans la Montagne de Lure et se jette dans la Durance du côté de La Brilanne et Villeneuve.

Mercredi 23 août 2017

Mercredi 23 août 2017

Nous sous sommes rendus sur les hauteurs de Mane, au sud de Forcalquier, qui offre un point de vue intéressant sur les toitures, le clocher, le massif du Grand Lubéron et l’Observatoire de Haute-Provence.

Mardi 22 août 2017

Voici Lurs, village perché sur un promontoire qui domine la vallée de la Durance, aux carrefour des Monts du Vaucluse, du Lubéron, des pré-alpes de Digne et du Plateau de Valensole.

Jeudi 24 août 2017

Autre village caractéristique du charme de la Provence, Pierrerue, avec sa petite place, sa fontaine et son olivier.

Vendredi 25 août 2017

Rémy Myttéis, un des responsable du gîte est quelqu’un qui a plusieurs cordes à son arc, je dirais plutôt, à sa guitare. Nous sommes allés l’écouter un soir se produire sur la place Saint Michel à Forcalquier, accompagné sur scène d’un collègue musicien et de son fils Fabio, 16 ans.

Mercredi 23 août 2017

Nous avons été également témoins, à partir du gîte, un beau matin d’un départ d’excursions en ballon. Belle entrée en matière pour commencer une journée.

Vendredi 25 août 2017

Notre quotidien ne s’est pas résumé qu’à des matinées « in situ », mais également à des fins d’après-midi consacrées au dessin d’après modèle vivant. C’est sur ces quatre séries de nus que je termine ce récit.

C’est tout, pour le moment! …-

Nicolas.

Un de mes « coup de cœur », le « volet » provençal des aquarelles de Philipe Marty sur ce lien.

Aux jardins des Archevêques, puis au Basacle, expositions « Nouveaux regards sur le Canal du Midi »

A l’initiative conjointe des Voies Navigables de France (VNF), de la Ville de Narbonne, et dans le cadre de la sensibilisation sur la replantation des arbres sur le Canal du Midi, j’ai été convié, le 1er juillet 2017 au vernissage de l’exposition « Nouveaux regards sur le Canal du Midi », visible au Jardin des Archevêques à Narbonne, du 1er juillet au 15 août 2017, puis à Toulouse, à l’espace EDF Basacle (galerie de l’œil) du 5 septembre au 8 octobre 2017 (avec vernissage le jeudi 7 septembre à 19 h).

Cette exposition présente 28 tirages de 21 photographes, dont moi même, passionnés par le chef-d’œuvre de Riquet, d’une part, mais aussi contributeurs financier auprès des VNF pour la replantation des arbres sur ces cours d’eau, d’autre part.

Samedi 1er juillet 2017

En présence de Jean Abèle, Directeur Territorial Sud-Ouest VNF et de Yves Pénet, Adjoint au Maire de Narbonne, délégué à la Culture et au Patrimoine, s’est ouverte au public cette exposition que tout à chacun peut venir découvrir une grande partie de l’été.

Samedi 1er juillet 2017

L’évènement, comme tout vernissage qui se respecte, a été agrémenté de petits fours, et j’ai fait la connaissance de deux charmantes dames, Huguette et Monique. Le service communication de la ville a pris l’initiative d’interviewer les photographes présents, et j’ai ainsi pu expliquer qu’après avoir longé le Canal du Midi à vélo, je projette de le parcourir à pied, sans oublier ni le Canal de Jonction de la Robine, ni le Canal de la Robine, ni les Rigoles de la plaine et de la montagne, sans lesquelles ces voies d’eau artificielles n’existeraient pas.

Samedi 1er juillet 2017

De nombreux lieux emblématiques des Canaux du Midi et de la Robine sont exposés ici. Tout d’abord, des vues en noir et blanc sur Toulouse de Carole Sourd et Jocelyne Gautier, au pont des Demoiselles, soulignant l’opposition de l’ombre et de la lumière. Sur l’une d’elles, deux sportifs pratiquant l’aviron semblent vouloir faire la course avec une automobile roulant sur la voie parallèle. George Dedieu, lui, a été chanceux, dans la mesure ou il a pu pénétrer dans le bâtiment de la Cale du Radoub, ouverte que pendant les journées du Patrimoine. D’ailleurs, sa prise de vue me donnerait envie de peindre une aquarelle, ce que je ne manquerai pas de faire s’il m’en donne l’autorisation.

Vient ensuite le Pont de Deyme, par Alexandre Ménard, et la majestueuse allée de platanes bi-centenaires du Seuil de Naurouze.  J’ai moi même pris cette allée.

Mardi 14 août 2017

Les quatre saison sur le canal sont visibles : Viola Fattore, Alexandre Ménard, pour l’automne, David Richin, Alexandre Ménard, pour l’hiver, José Milian pour le printemps (à l’écluse de Montgiscard, très belle photo !), Henry M. Clew, pour l’été. Ce dernier nous montre également le très grand intérêt que portent les anglais sur le chef-d’œuvre de Riquet. On peut découvrir aussi la photo de la statue de ce dernier prise par Karine Grégoire, à Béziers.

Odile Maydieu a posé son objectif juste avant le Pont Vieux pour rendre les brumes matinales du Grand Bassin de Castelnaudary, Jacqueline Reynier a immortalisé le Somail, Gérard Defrocourt, le pont de Pigasse, Françoise Barbas, le Tunnel du Malpas. Ci-dessous, mes photos sur ces deux derniers lieux.

29 août 2014

15 mai 2016

Le thème du reflet est récurrent sur les prises de vues de Louis Poeschl-Gillmann, Alexandre Ménard,  et pratiquement chez tous les exposants. La focalisation sur un élément de navigation comme le cordage n’est pas oublié non plus  grâce à José Milian pour « Larguez les amarres ». Il en va de même pour l’idée du mouvement avec »On regardait passer les bateaux » de Josiane Deville, ou encore, l’écoulement de l’eau sur une porte éclusière avec « Le Canal, c’est l’eau » de Christian Gadiou. Olivier Allègre a posé son objectif sur une embarcation insolite en bois amarrée près de Paraza (en noir et blanc), embarcation qui a attiré mon attention le vendredi 17 août 2012 (en couleurs).

Vendredi 17 août 2012

Narbonne et le Canal de la Robine ne sont pas oubliés non plus grâce au prises de vues de Bernard Delmas et le Phare des Onglous sous l’orage a inspiré Patrick Brenier.

Pour terminer, voici ma photo retenue pour l’exposition, prise en août 2014 entre Port la Robine et le pont-canal de la Cesse. J’espère ainsi que ma publication vous donnera envie de vous rendre au Jardin des Archevêques à Narbonne et/ou au Basacle à Toulouse.

Nouveaux-regards-sur-le-canal-du-midi-08

29 août 2014 (photo retenue pour l’exposition « Nouveaux regards sur le Canal du Midi »)

C’est tout, pour le moment !

Nicolas.

Ci dessous, l’article du « Midi Libre » (pour l’expo de Narbonne) accompagnée d’une photo sur laquelle je figure (à droite)….

Samedi 1er juillet 2017

… puis l’article de la « Dépêche du Midi » (pour l’expo de Toulouse).

Vendredi 8 septembre 2017

Le site de VNF.