Introduction à l’Ile Maurice en images numériques, août 2013

Je vous propose à travers une série d’articles illustrés de mes travaux graphiques, une évasion dans l’Océan Indien, dans l’Archipel  des Mascareignes, à l’ile Maurice en particulier.

Contrairement à mon habitude, je ne m’y rend pas avec un groupe d’aquarellistes. C’est donc en solo que je vais peindre et, sans plus tarder, en guise d’introduction, pour vous mettre dans l’ambiance, les images numériques ci dessous vous donneront un aperçu de l’ile : les maisons coloniales, le bord de mer, les temples religieux, et les activités humaines en mer.

I invite you, through a series of illustrated articles of my graphic works, an escape in the Indian Ocean, in the Mascarene Archipelagos, particularly in Mauritius.

In oppostion to my habits, I do not go with a group of watercolourists. I will thus paint alone and, without delaying more, here are some images by way of introduction.To put you into the mood, the digital images below will give you an overview of the island: the colonial houses, the seaside, the religious temples, the activities of the fishermen and the presence of Yachtsmen.

Ci dessous, un exemple d’ambiances de bord de mer ou s’harmonisent l’architecture et la nature, propices au farniente toute l’année.

Below, you have an example of seaside atmosphere where architecture and nature harmonize, which is favorable to idleness all year around.

L’Ile Maurice, c’est aussi un arc en ciel de civilisations ou cohabitent plusieurs religions. Ci dessous, un temple indou richement décoré.

Mauritius is also a rainbow of civilizations where many religions coexist. Below you can find a richly decorated temple.

Et enfin, pour terminer cet article d’introduction, voici 2 activités qui se côtoient en mer, la pêche et la plaisance.

Finally, to end this introductory article, here are 2 activities which match at sea: fishing and boating.

C’est tout, pour le moment.

Nicolas.

That’s all for now.

Nicholas.

L’article que m’a consacré Alain Marc fin 2013 (Alain Marc’s article in 2013) : Vous êtes à l’honneur , 4ème billet.

Randonnées graphiques sur Venise en 2015 et 2016

Je vous invite à découvrir, mes travaux à partir d’un sujet inépuisable, Venise, à travers deux séjours en août 2015 et 2016 (dans le cadre d’un séjour avec « Arts et vie » en 2015, et dans le cadre de promenades aquarelliques , organisées par Christian Colin en 2016).

Pour commencer, deux approches de la ville, l’île-cimetière de San Michele, conçu essentiellement pour rassembler et centraliser à partir du XIXe siècle dans un lieu unique les dépouilles des défunt(e)s auparavant dispersés dans endroits plus petits ou incinérés.

Sur l’aquarelle du dessous, la » Pointe de la douane » , aujourd’hui un musée d’art situé en lieu et place des anciennes« douanes de mer ». Derrière, s’élève la Basilique Santa Maria della Salute. Sur cette pointe triangulaire le Grand Canal et le canal de la Giudecca, se rejoignent à l’extrémité du quartier du Dorsoduro.

Voici une autre vue rassemblant les basiliques de la Salute, de San Marco, le Palais des Doges, sans oublier le Campanile qui se dresse du haut de ses 98 mètres.

Ci-dessous, un panoramique de Venise que peuvent découvrir les touristes qui se rendent à Burano et autres îles de la lagune. Se détache le campanile, achevé en 1503 de l’église de la Madone du Verger.

Face à l’esplanade du Palais des Doges se dresse la Basilique San Giogio Maggiore datant du XVIe siècle. Abrite des toiles du Tintoret.

Autres édifices religieux , a gauche l’église orthodoxe  San Giorgio dei Greci, au campanile penché et aux fresques intérieures d’inspiration crétoise et San Sebastiano. intérieurement décorée par les œuvres de Paolo Caliari, plus connu sous le nom de Véronese. En 1553, Le Père Bernardo Torlioni, prêtre de l’église, lui confia la mission de réaliser les peintures de l’édifice.

L’intérieur de San Sebastiano reste relativement sobre, alors que le raffinement de celui de Santa Maria dei Miracoli inspire de nombreux vénitiens qui choisissent de venir s’y marier.

Comme quoi les certains édifices religieux ne sont pas seulement voués qu’au culte, les musiciens du groupe des « Interpreti veneziani » donnent des concerts de musique classique dans l’église de San Vidal tout au long de l’année. Mon séjour en 2015 avec « Arts et Vie » m’a donné l’occasion d’aller les écouter (et les peindre, par ce comme l’a souligné une des participantes, « l’Art ne s’arrête jamais »).

L’architecture à Venise, ce ne sont pas que les façades comme  sur la strada Nova, mais aussi les cheminées. On peut en apercevoir depuis le jardin de la Collection Guggenheim. Au fond, le dôme de la Salute.

Autres sujets inépuisables, les nombreux petits ponts surmontés d’escaliers caractérisent les ruelles de Venise.

Nous ne pouvions repartir non plus sans avoir envisagé de peindre ce qui en représente l’un de ses symboles. Christian nous a donc emmené sur une « autoroute à gondoles » pour des exécutions « sur le vif ». J’ai donc choisi de rassembler dans une composition unique celles qui se présentaient à moi.

Presque toutes les façades dans la ville mériteraient que l’on s’y arrêt pour les peindre, comme dans le quartier du Castello ou la suivante dans le quartier du Dorsoduro.

Le campanile visible depuis la place Saint Thomas est celui de la Basilique Santa Maria dei Frari, qui abrite de nombreuses œuvres du Titien. Non loin de là, sur le Grand Canal, le Palazzio Mocenigo de style patricien qui abrite le musée du costume.

Voici trois aquarelles du Grand Canal. En bas à gauche, les édifices abritant la Collection Peggy Guggenheim, musée d’Art Contemporain et les dômes de la Basilique de la Salute en arrière plan.

En bas, à droite, une vue depuis le Pont du Rialto, sur la Ca Foscari, au fond, aujourd’hui une université.

Le Pont de l’Académie construit en une trentaine de jours, a remplacé en urgence un autre ouvrage en 1933. Il devait être provisoire mais existe toujours en 2016. seules, certaines ossatures en bois ont été remplacées par des ossatures métalliques sensées mieux résister à l’usure du temps. Il fait partie des trois autre ponts venus compléter le seul Pont du Rialto qui reliait les deux rives du Grand Canal jusqu’au XIXe siècle.

A droite, le très élégant Palais Cavalli Franchetti datant du XVe siècle, rénové au XIXe, il abrite le siège de l’Institut Vénitien des Sciences, Arts et Lettres, depuis 1999 et des salles d’expositions temporaires.

Je ne terminerai pas mon récit sans le monument emblématique de Venise, la Basilique Saint Marc. Première construction en 828, puis reconstruction en 976 suite à un incendie, elle a connue de nombreuses transformations à partir du XIe siècle. Des ajouts gothiques au XIIIe siècle et des coupoles ont complété l’édifice. L’influence byzantine sur ce monument est incontestable

C’est tout, … pour le moment.

Nicolas.

Retrouvez le site de Christian Colin sur ce lien, et son compte rendu du séjour ici. Pour en savoir plus sur les récits de ses sorties à la journée, dont celle-ci et bien plus encore, je vous invite à vous inscrire à ses newsletters.

Sur cet autre lien, un article de mon ami Alain Marc rendant hommage à son père et sur lequel est représenté Saint Marc.

Toujours au sujet des aquarelles de Jean Marc, en voici une, toujours sur le même monument en cliquant ici.

Un article intéressant sur Venise publié sur le blog des Urban sketchers, avec une mention particulière pour les aquarelles d’Alex Hillkurtz.

Le site « Arts et vie« .

Randonnées graphiques estivales dans le Haut-Doubs, 2012

Mon ami Alain Marc, animant régulièrement des rencontres aquarelliques chaque année dans le Haut-Doubs, en hiver, comme en été (je vous donnerai les liens en fin de récit), je vous présente donc cet article consacré à mes travaux estivaux lors d’une session en juillet et août 2012, complété par quelques aquarelles réalisées ultérieurement.

Pour commencer, voici la maison d’hôtes « Chez les Colin », aménagée dans une ancienne maison de douaniers, (ici le bâtiment à droite, ci-dessous, sur l’aquarelle du haut). Christiane nous y reçoit dans une chaleureuse maison, au sens propre comme au figuré, et nous prépare de mets délicieux, notamment à base d’herbes cueillies dans les environs. L’établissement avoisine une exploitation agricole traditionnelle.

Pour continuer sur le thème de l’architecture, voici une ferme comtoise traitée d’abord au crayon diluable sépia, puis en aquarelle. Elle est située au Gras, et se caractérise par l’équipement d’un tuyé, recevant tous les conduits des cheminées de la maison. La pièce sous le toit sert pour le fumage et le stockage de la salaison. Généralement, l’étable jouxtait la pièce d’habitation principale de manière obtenir un chauffage naturel grâce aux bêtes, source d’énergie naturelle précieuse pendant des hivers plutôt très rudes.

Autres exemple d’architectures typiques du département, ici à Grand-Combe-Chateleu. A gauche, la ferme, de madame Cupillard, en activité, et à droite, celle de monsieur Marquet, devenue un musée (en données 2012). Un des nombreux endroits que nous fait partager Alain Marc grâce à son travail de repérage en amont.

Autre sujet incontournable de peinture dans le secteur, voici un troupeau de vaches pâturant paisiblement sur le pré d’en face au moment où nous traitions les fermes.

Ci-dessous, le village de Malpas, au sud de Pontarlier, qui mérite que l’on s’y arrête pour  le clocher de son église.

L’édifice du XIIIe siècle, a été remanié plusieurs fois, comme en témoigne le style du porche, postérieur à l’Art Roman. L’église est agrémentée d’un clocher aux tuiles vernissées turquoise, bleues et jaunes.

Les motifs géométriques des tuiles vernissées rappellent ceux de la Bourgogne voisine.

 —

Les clochers ne sont tous du même type que celui de Malpas. Certains sont coiffés de tuiles monochromes, comme celui de cette aquarelle ci-dessous, peintre d’après un travail d’Alain Marc (près des Gorges du Doubs).

Voici le château de Joux dont l’origine remonte à 1039. Édifié à l’entrée de ce que l’on appelle la Cluse de Pontarlier, ce monument proche de la frontière suisse a connu de nombreux remaniements au cours des siècles, dont celles de Vauban, soucieux de renforcer les frontières du royaume. Il a servi de prison et quelques personnages célèbres y ont été enfermés, comme Mirabeau ou Toussaint Louverture.

Viennent ensuite vues emblématiques des environs de Pontarlier.

Tout d’abord un superbe panoramique depuis le Mont Chateleu d’où l’on aperçoit, par temps clair, les Alpes Bernoises et surtout le Mont-Blanc situé à 130 km à vol d’oiseau. Puis, le Lac de Saint-Point qui s’étend sur 5,600 km² environ

Je termine ce récit par une autre vue de ce lac qui s’étend sur 7,2 km de long et sur 0,8 km de large. Un tramway desservait les villages aux alentours jusqu’en 1950.

Il est propice aux diverses activités nautiques l’été comme la voile, la planche à voile ou le Kitesurf, et sert de patinoire l’hiver.

C’est tout, … pour le moment !!!

Nicolas

Un article complété d’une vidéo d’Alain Marc sur les session d’été sur ce lien, et un livre virtuel complet ici.

La maison d’hôtes de Christiane : « Chez les Colin »